Vote de la loi sur le parrainage : Guirassy auteur du plus beau discours en convoquant l’esprit des lois


Abdou Diouf a une fois dit que le droit n’épuise pas la question de la vérité. Après avoir écouté religieusement et entendu distinctement Moustapha Guirassy parler hier, on ne peut manquer de se rappeler cette sagesse de l’ex-président de la République. Le député de Kédougou a revisité Rabelais, l’archétype de l’humaniste de la Renaissance, pour essayer de faire comprendre que "science sans conscience n’est que ruine de l’âme". 

Donnant aux mots le poids de l’évènement, l’ancien ministre de la Communication sous Me Wade laissa méditer son monde : « Il ne faut pas que l’urgence sacrifie l’essentiel ; à force d’agir ainsi on finit par ignorer l’urgence de l’essentiel. Or l’essentiel pour le peuple se situe bien ailleurs. Il a invité à plus de responsabilité à l'Assemblée nationale. Il ajoutera, "sur la courbe de la quête de vérité, on a au bas de la courbe les données, suivies de l’information, de la connaissance, de l’intelligence, de la sagesse et enfin de la vérité. Cette vérité, c‘est Dieu. Mais il faut remarquer que ce qui est le plus proche de la vérité dans cette courbe, c'est la sagesse et non l’arsenal juridique ou l’intelligence. " 

Il a invité la majorité à retirer ce projet de loi pour aller dans le sens du consensus de la paix et du renforcement des acquis démocratiques. 

 

"Prendre une décision sans passer par la voie référendaire c'est tout à fait irresponsable. Mettre en œuvre une logique de majorité mécanique, c’est passer à côté de la question du sens de la mission confiée au député", alertera M. Guirassy dans un style dantesque sans être pédantesque.

Vendredi 20 Avril 2018



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
MOI FALLOU SENE !

MOI FALLOU SENE ! - 26/05/2018