Vitesse de propagation et de contamination de la Covid-19 : « Objectivement, elle est en baisse (...) l'immunité collective, une hypothèse non négligeable » (Dr Abdoulaye Bousso)


Ça fait maintenant 5 semaines que les chiffres liés à la covid-19 sont en baisse. Ce qui n'enlèvera en rien d'autre part les efforts qui doivent être fournis pour endiguer la pandémie. Ces observations venant du directeur du Centre des opérations d'urgence sanitaire (Cous) peuvent pousser naturellement les sénégalais, même étant optimistes quant à la "disparition progressive de la covid-19", à se munir davantage des gestes barrières. D'après de docteur Bousso, le niveau de propagation est dans une phase baissière. 

"Scientifiquement, après avoir revu nos calculs, nous avons constaté qu'il y'a un grand écart. Entre Avril et Mai, la propagation avait pris de grandes proportions; c'est à dire que quelqu'un pouvait contaminer 4 personnes. Maintenant, la tendance est tout autre parce qu'avec cette vitesse de propagation, il y'a une contamination d'un peu moins d'une personne", informe l'expert en gestion des urgences et catastrophes sanitaires.

Plus loin dans son argumentaire sur la contamination en baisse, le Bousso conforte son point de vue en disant que l'immunité collective peut être une option à tenir en compte car, après une circulation intense du virus, elle peut finalement favoriser la capacité à lutter contre le virus. Le collaborateur du ministre de la santé de rappeler que cette immunité collective n'est rien qu'une hypothèse car, n'étant toujours pas sûr qu'elle soit la source de la baisse des cas de covid-19 ces derniers jours.

Sur la question de la résilience du système de santé, le Dr Abdoulaye Bousso toujours sur les ondes de la Rfm, estime que "si nous sortons de cette pandémie sans tirer les leçons qu'il faut, c'est qu'on aura échoué car, si cela se répétait, on serait obligé de refaire la même chose". Il faudra donc savoir, selon l'expert en santé auprès de l'OMS, qu'au delà des moyens, il faut un changement de paradigme en terme d'organisation, de réforme car, comme l'a signifié le président de la République, il nous faut des changements radicaux au niveau de notre système de santé...
Mercredi 16 Septembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :