UASZ / Vent de rébellion contre le ministre Cheickh Oumar Hanne et risque de perturbation de la rentrée universitaire et la fermeture de l'institution envisagée.


UASZ / Vent de rébellion contre le ministre Cheickh Oumar Hanne et risque de perturbation de la rentrée universitaire et la fermeture de l'institution envisagée.
L’université Assane Seck de Ziguinchor est en ébullition. Ce mercredi matin, syndicats, amicales d’étudiants et les travailleurs de l’université se sont réunis au sein d’une intersyndicale des travailleurs de l’université pour faire face au ministre Cheikh Oumar Hanne.

L’intersyndicale exige de la tutelle, le respect de sa promesse tenue l’année dernière lorsqu’il s’était posée la question de l’orientation de certains bacheliers. Sans quoi, la rentrée scolaire qui se fera le 24 mai sera sabotée.

En sit-in ce matin, ils ont sommé le ministre de l’Enseignement Supérieur de verser dans les meilleurs délais le milliard qu'il doit à l'institution universitaire ainsi que l'achèvement des chantiers pédagogiques en cours de construction depuis 2015.

« L’université Assane Seck de Ziguinchor est à l’agonie. Elle demeure dans l’attente de l’imminente mobilisation des 960 millions de FCFA comme mesures d’accompagnement liées à la prise en charge des 3.439 bacheliers de 2019 et de celle des 30 postes d’enseignants chercheurs créés et, d’autre part, le redémarrage et la livraison sans délai de ses chantiers en souffrance depuis 2015 », peste Alpha Oumarou Ba, coordonnateur du SAES de Ziguinchor.

Le chargé des revendications du SUDES va plus loin pour défier le ministre. « Nous n’excluons pas de fermer définitivement l’université tant que nos doléances ne sont pas satisfaites. Nous demanderons aux étudiants de rentrer chez eux », dira Insa Badiane.

En tout cas, c’est un ultimatum d’une semaine qu’ils ont donné au ministre. Sans quoi, ils le tiennent pour responsable de toute perturbation qui se profile à l’horizon. 
Mercredi 19 Mai 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :