Twitter : le rappeur Booba accusé d’agression sexuelle sur mineure à Dakar par le journaliste Yérim Sar.


Le rappeur français d’origine sénégalaise, Elie Yaffa, plus connu sous le nom de Booba, a été accusé d’agression sexuelle sur une mineure de 14 ans en marge d’un concert à Dakar. C’était en 2016. Son accusateur est le journaliste sénégalais Yérim Sar un journaliste respecté, à la fois pour son mordant et sa connaissance du milieu du rap (il a été chroniqueur pour de nombreux médias spécialisés comme l’Abcdr du Son et rédacteur en chef de Paris Hip-Hop), explique Jeune Afrique qui donne l’information.
Tout est parti d’une critique mal digérée par « le Duc de Boulogne », du journaliste Yérim Sar, sur la radio Mouv‘, concernant la version revisitée du hit "Barbie girl", qu’il n’a pas digérée.
  « C’est comme un grand père qui se déguise en clown pour amuser les petits enfants, d’un côté de la scène et de l’autre tu te dis que c’est pour amuser les enfants. C’est dur la crise de la quarantaine » avait commenté le journaliste.  Un échange venimeux a suivi sur Twitter… jusqu’à ce que le journaliste, qui y écrit sous le pseudo de « spleenter », porte des accusations graves contre le rappeur. Parmi les « dossiers » exhumés, certains avérés, notamment la fermeture de OKLM, le média créé par Booba en 2014, dont l’activité est suspendue depuis mars 2020. Une autre accusation, beaucoup plus lourde de conséquences, reste à établir : une tentative de viol sur une jeune fille de 14 ans, en marge du premier concert de Booba à Dakar, en 2016.

 
 
Plusieurs éléments interpellent dans l'affaire. Booba, d’origine sénégalaise par son père qui vient de la ville de Yaféra (département de Bakel), n’a pas démenti les allégations, retirant même les tweets en réponse au journaliste. Enfin, il y a deux mois, la candidate de télé-réalité Inès Sberro reconnaissait une relation avec la star, commencée lorsqu’elle avait 16 ans, en 2014. Si un rapport sexuel avec un mineur consentant de plus de 15 ans est autorisé dans certains cas en France, ce flirt apporte un nouvel éclairage.
Le journaliste en a rajouté sur sa page twitter en écrivant « toujours aucun démenti sur les mineures ». Le rappeur lui s’est emmuré dans un silence qu’on ne lui connaît pas. Mais il semble prendre pour cible le confrère de Yérim, Mehdi Maïzi, qu’il avait embauché à OKLM, et à qui il promet le pire : « Sache que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que tu perdes la face et que tu perdes ta place. Ça prendra le temps que ça prendra… je te souillerai et je te détruirai ! » Des menaces qui tombent à pic pour détourner l’attention.
 
Mardi 9 Février 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :