Tribunal de Dakar : comment la Brigade de recherche a démantelé un réseau de commerce illicite d'arme ?


Poursuivis pour association de malfaiteurs, détention et commerce illicite d'arme et tentative d'escroquerie, les prévenus Ibrahima Fall, Fodé Karé et Amadou Abdoulaye Marcel Gningue dit Mohamed Gningue risquent de passer à la chambre criminelle si le juge suit le parquet dans ses réquisitions. Jugés ce jeudi au tribunal des flagrants délits de Dakar, ils seront édifiés sur leur sort le 07 mars prochain. 


En effet, suite à un recueil de renseignements faisant état d'une vente illicite d'armes à feu dans la capitale, la brigade de recherches a réussi à approcher le sieur Ibrahima F. qui leur a vendu un pistolet de calibre 09 mm de marque Taurus modèle 85, auto CAT8686k à 350 000 francs CFA avant de leur proposer la vente d'autres armes dans la même semaine.
Le 24 février 2024, suite à un rendez-vous que le sieur Ibrahima F. leur fixe dans le restaurant de la brioche dorée de Keur Massar pour conclure l'achat des armes promises, des équipes de filature et d'interpellation ont été mises en place pour épier tous faits et gestes dans ce restaurant. C'est ainsi que lui et son acolyte Fodé Karé ont été interpellés en possession de deux armes non-létales au moment de la livraison. Une vérification technique des armes a permis aux enquêteurs de constater que les armes étaient non létales qu'ils voulaient vendre aux gendarmes au prix des armes létales. Entendu, Ibrahima Fall reconnaît d'abord les faits incriminés avant de dénoncer son collaborateur Fodé Karé comme étant celui qui lui fournit les armes. Confondu avec la déclaration d'Ibrahima Fall, Fodé Karé est passé aux aveux en reconnaissant avoir remis les trois armes à Ibrahima Fall qui lui avait demandé de lui trouver un client. Dans la foulée, Amadou Abdoulaye Marcel Gningue a été interpellé aux Hlm. Interrogé sur la provenance des armes, il déclare avoir ramassé l'arme létale pendant la période de la Can 2024 à Ouagou Niaye et pour les deux armes non-létales, il soutient l'avoir acheté lors des Fan Zone qui ont été organisés au centre culturel moyennant la somme de 55 000 francs Cfa.  Il ajoute avoir reçu la somme de 130 000 de quote-part sur la vente de l'arme létale. 

Établi aux États-Unis, Ibrahima Fall a nié les faits qui lui sont reprochés en soutenant que les armes étaient des armes factices. "j'ai connu le sieur Fodé Karé au marché Sandaga. Je m'en suis ouvert à lui concernant les armes. Dans ces conditions, il m'a dit que les armes réelles sont interdites si vous ne disposez pas d'autorisation, mais il pouvait me trouver des armes factices et on pourra manœuvrer pour convaincre l'acheteur que c'était des armes réelles et qu'on pouvait les vendre au prix normal. Immédiatement, j'ai appelé Alioune pour lui faire part de choses et il m'a dit d'amener les armes. Et c'est dans la nuit du 22 février 2024 que j'ai livré la première arme moyennant un montant de 350.000 francs Cfa. Après cet échange, Alioune est revenu me dire que le Vieux a besoin de 05 armes et j'ai contacté Fodé à nouveau qui me dit que seules 04 armes sont disponibles. Il m'a dit qu'il livre le matin deux armes et au moment de procéder à l'échange, malheureusement, j'ai été interpellé", narre-t-il avant de souligner que cela fait à peine 04 jours et c'est la première fois qu'il fait affaire avec lui. 
À son tour, Fodé K passe aux aveux. Il reconnaît que c'est lui qui fournit à Ibrahima F. les armes et il se les procure chez Mohamad Ng. " Mohamed est un ami et j'ai reçu 120 000 comme quote-part", se dédouane-t-il.  

Lorsque les enquêteurs ont fouillé ses échanges téléphoniques avec Ibrahima F , le prévenu Fodé K. lui a fait savoir qu'il disposait de 10 autres armes à feu. 

Quant à Mohamed Gningue, il dira qu'il a ramassé l'arme létale à Ouagou Niaye lors des Fan Zone et les autres sont des armes non-létales qu'on utilise dans les kermesses. 


Vu la gravité des faits, le parquet a soulevé une exception d'incompétence du tribunal. Selon le maître des poursuites, l'association de malfaiteurs est toujours qualifiée comme une infraction criminelle. De ce fait, il demande au président de la séance de se déclarer incompétent afin que l'affaire passe devant la Chambre criminelle. 

Prenant la parole pour apporter leurs répliques, Me Yousoupha Camara avocat de Fodé K. soutient que le parquet a attendu qu'on commence les interrogatoires pour soulever une exception 
d'incompétence. "Je ne vois pas en quoi l'association de malfaiteurs est un crime. Aujourd'hui, en quoi le trafic d'armes est un délit. C'est lui qui vous a saisi. Il ne peut pas venir ici pour nous dire que vous êtes incompétents", a défendu la robe noire. 


Finalement, le juge a renvoyé le procès au 07 mars prochain.
Lundi 4 Mars 2024
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :