Rufisque / Sur les traces de la Covid-19 : La Commune de Bargny, un modèle de résilience économique et sociale.


Étant la commune la plus touchée du district sanitaire de Diamniadio, celle de Bargny a dû prendre les devants pour éviter le pire.

« Nous avons très tôt pris les mesures idoines. Le 5 mars nous avons convoqué tous les acteurs pour démarrer un programme qui a été initié sur trois volets. La prévention sanitaire, nous avons fait une vaste campagne de sensibilisation dans les réseaux sociaux, sur toutes les possibilités disponibles, des visites à domicile. Nous avons aussi distribué des kits sanitaires pour soulager les populations. Les institutions comme la police, les bâtiments publics ont aussi bénéficié de ces produits. Des campagnes de saupoudrage ont été initiées avec l'appui des éléments du Service d’hygiène. On a aussi mis en place des wagnou Daara pour les talibés qui n'ont pas pu regagner leurs villages...», a fait savoir Gaye Abou Ahmed Seck , le maire de la commune de Bargny.

Les impacts ne sont pas seulement sanitaires quand on parle de la maladie à coronavirus. Ils sont aussi économiques. Plusieurs activités du secteur informel ont été bloquées par cette crise selon toujours l'idylle de cette commune qui se trouve dans le département de Rufisque.

« L’économie était au ralenti partout. C’est pour cela que nous avions initié un programme de relance  économique. On a concédé 6 mois de gratuité. Les commerçants de Bargny sont restés 6 mois sans payer de taxes municipales. Le Prodab (programme de développement de l'artisanat bargnois), c'est une démarche de résilience et de relance économique. Les tailleurs propriétaires ont pu bénéficier de subventions pour le renouvellement de leurs outils de travail à hauteur de 50%. Les chauffeurs de taxi clando ne sont pas en reste. Ils ont pu bénéficier d'aide pour faire face à la crise économique, de même que les propriétaires de salons de beauté et les pêcheurs... », a-t-il annoncé.

Par ailleurs, la commune de Bargny organise ses premières assises  de la propreté et du cadre de vie  de Bargny ce 19 septembre coïncidant avec la journée mondiale du nettoyage. Cette cérémonie sera présidée par Abdou Karim Fofana, le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l'hygiène publique.

Selon Gaye Abou Ahmed Seck , le maire de Bargny, « dès notre investiture à la tête de la commune on a engagé d'important travaux. On a trouvé des places autrefois abandonnées, des dépôts d'ordures sauvages. Nous nous sommes attaqués à énormément de dépôts. La frange littorale était quasiment sous les ordures. Aujourd’hui vous passez par là-bas, le problème est résolu, des centaines de camions de déchets ont été enlevés sur place. Cet espace a été reconquis... ».

Le forum a débuté ses activités depuis une semaine avec des ateliers de quartier qui ont abordé des sujets en rapport avec les enjeux du développement durable. « Nous ne saurons faire un plan de gestion des déchets sans que les populations ne soient impliquées à la base. Nos équipes ont sillonné les 38 quartiers de cette commune pour discuter avec ces dernières sur cette importante question », selon toujours M.Seck .  

Ainsi, la commune de Bargny va poursuivre avec des reboisements, de l’éclairage… Car selon l’édile de Bargny, « nous savons l'intérêt que le président de la République Macky Sall porte sur ces questions-là , Sénégal zéro déchets, Sénégal zéro bidonvilles, villes créatives ».

La question du positionnement stratégique de cette localité qui accueille les plus grands projets de l'État du Sénégal a été aussi abordée par le Maire Gaye Abou Ahmed Seck. « Nous sommes dans une compétition saine entre communes. Chaque commune essaie de valoriser ses atouts. Nous avons un certain nombre d’atouts qu'il nous faut davantage renforcer … », a-t-il ajouté...                    
Samedi 19 Septembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :