Revue régionale éducation 2020 : abris provisoires, déficit d’enseignants au menu malgré les bons résultats.


La question des abris provisoires, le manque d’enseignants lié au départ massif de ces derniers, les effectifs pléthoriques des écoles, la construction et la réhabilitation des bâtiments ont été au rendez-vous de la revue annuelle de l’éducation de la région de Kolda. À ces difficultés, il faut ajouter le bilan satisfaisant noté malgré la pandémie de Covid-19. Cette revue s'est tenue ce vendredi 07 mai en présence des autorités administratives et des acteurs du secteur. 

Selon l’IA intérimaire de Kolda, Babacar Ndiaye, « nous venons de faire la reddition de comptes appelée revue annuelle qui consistait à faire le bilan des différents programmes que nous avons gérés en 2020. Il s’agit des programmes des enseignements élémentaire, moyen et secondaire, professionnel, pour leur coordination et pilotage. Globalement, on note une satisfaction au niveau de ces différents programmes malgré la pandémie de Covid-19. Ces bons résultats ne cachent pas certaines difficultés inhérentes à la région, mais nous allons discuter avec les partenaires pour corriger ces anomalies pour améliorer les enseignements apprentissages. » 

Revenant sur les chantiers non achevés conduisant à la prolifération d’abris provisoires, il précise : « cela nous fait mal d’avoir des constructions inachevées dans des établissements où à coté il y a des abris provisoires. Quand on démarre les travaux, les parents espèrent que leurs enfants vont étudier dans de bonnes conditions. Et au finish, les entrepreneurs finissent mal les travaux ou disparaissent. Et là, nous ne faisons que constater les dégâts et rendre compte ensuite à l’autorité. » 

Il faut dire que dans tout le département de Kolda il n’y a pas de collège voué au secteur franco-arabe. C’est pourquoi, rappelle un directeur d’école, « nos élèves issus des écoles élémentaires franco-arabe finissent toujours dans les collèges d’enseignement général et non dans des collèges dédiés à leur cursus.» 

Pour Bara Tall, principal de collège, il estime que le manque d’enseignant serait lié au manque de politique de fixation de ces derniers par la municipalité en leur octroyant des parcelles pour construire. Mais également, il a rappelé « la non-fonctionnalité des comités de gestion et la réduction des aides allouées aux établissements avant de s’appesantir sur l’épineuse question des abris provisoires. » 

Pour rappel, la région de Kolda compte beaucoup d’écoles (élémentaires et collèges) en abris provisoires, malgré de bons résultats notés dans les circonscriptions éducatives. Aujourd’hui, il est plus qu’urgent d’inverser la tendance en construisant des écoles avec tous les accessoires pour de meilleurs résultats avec un enseignement apprentissage de qualité. 

Samedi 8 Mai 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :