Retrait des "rapides" et "ndiaga Ndiaye" pour laisser place au Ter: craintes des chauffeurs et engouement des clients...


Décembre 2021, c’est la date arrêtée par le Chef de l’État pour mettre à exécution sa décision de retrait des cars rapides et Ndiaga Ndiaye destinés au transport en commun urbain et interurbain. 

Datant d’avant les indépendances, ces voitures colorient les artères de la capitale et sillonnent également les routes pour rallier les régions dans toute l’étendue du territoire national. Un patrimoine propre au Sénégal qui fait la fierté du peuple et constitue le gagne-pain de milliers de chauffeurs et d' apprentis. Taxés de cercueils ambulants, ces véhicules sont souvent à l’origine des accidents de la route. Force est de constater que la plupart d’entre eux ne répondent plus aux normes lors des visites techniques. Une des raisons pour lesquelles le président Macky Sall a décidé le retrait effectif et de manière définitive de ces voitures de la circulation. 

Dakaractu, à cet effet a tendu le micro aux principaux concernés afin de connaître leur ressenti face à cette décision irréversible du chef de l’État. 

Quel sort leur réserve l’avenir? Une question à laquelle le média a voulu apporter des éclaircissements en interpellant le Conseil Exécutif des Transports Urbains de Dakar (CETUD) qui malheureusement n’a pas pu être joint. Toutefois, les chauffeurs interpellés à ce sujet ont demandé au Chef de l’État de revoir sa décision qui selon eux, ne fera qu’augmenter le taux de chômage et inciter les plus malchanceux à trouver refuge dans le banditisme et à réveiller leurs vices les plus sombres...
Mercredi 25 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :