Réforme de la Justice et lutte contre la corruption : Le président Bassirou Diomaye Faye annonce une large concertation avec les acteurs


Le Président Bassirou Diomaye Faye a affiché sa volonté ferme de mettre en place des réformes majeures dans le domaine de la justice et de la bonne gouvernance au Sénégal. Pour se faire il a profité de son message à la Nation pour informer de la tenue très prochainement d’une assise nationale impliquant les acteurs de la justice dans leur globalité.

L’objectif étant de trouver des solutions concrètes pour améliorer le système judiciaire et assurer une gestion transparente et responsable des affaires économiques et financières du pays. "Afin de restaurer la réputation de notre système judiciaire, de lui rendre la valeur qu'il mérite et de le réconcilier avec le peuple au nom duquel il rend justice, j'ai l'intention d'organiser des assises réunissant les différentes professions liées à la justice, telles que les magistrats, les avocats, les huissiers, les greffiers et autres acteurs judiciaires, ainsi que les professeurs d'université et les citoyens. L'objectif de ces assises sera d'identifier des pistes de solutions aux problèmes qui affectent notre système judiciaire » a-t-il expliqué 

Dans la même dynamique le président Diomaye Faye s’est également attaqué à la question de la corruption qu’il compte prendre à bras le corps, toujours avec une approche inclusive. « Dans notre quête d'un Sénégal meilleur, au bénéfice de tous, je m'engage à instaurer une gouvernance vertueuse, basée sur l'éthique de responsabilité et l'obligation de rendre des comptes. De plus, je mettrai en place rapidement une politique audacieuse de bonne gouvernance économique et financière.Cette politique de bonne gouvernance économique et financière comprendra les mesures suivantes : la lutte acharnée contre la corruption ; la répression pénale de la fraude fiscale et des flux financiers illicites ; la protection des lanceurs d'alerte ; la lutte contre le détournement de fonds publics et le blanchiment d'argent ; l'amnistie des prête-noms sous réserve d'auto-dénonciation et leur participation conditionnelle ; la publication des rapports de l'Inspection Générale d'État (IGE), de la Cour des Comptes et de l'Office National de Lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) »
Mercredi 3 Avril 2024
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :