Polygamie : Les dessous d'un ménage à mille nuances (Dossier)


Les histoires de polygamie se suivent, mais ne se ressemblent guère.
Certaines sont dignes d'une chronique.
La société sénégalaise composée pour la plupart de musulmans autorise les hommes, selon les préceptes de l'islam, à épouser 4 femmes. Par contre, les chrétiens optent pour la monogamie.

Beaucoup de mariages ont périclité après que l'époux décide de prendre une autre épouse. Les raisons de ces prises de décision sont diverses et multiples et ne sauraient faire l'objet de justification objective de la part des hommes. Les conséquences sont souvent désastreuses pour les familles de manière générale. De conflits sociaux à maraboutage en passant par les invectives, les incompatibilités d'humeur, les abandons de foyer, les oppositions parentales etc., la polygamie est devenue un véritable phénomène de société qui culturellement et sociologiquement est difficilement acceptable chez quelques personnes.

On ne manquerait pas de dire que des familles se disloquent suite à une décision de l'homme de prendre une deuxième ou troisième femme. En effet, la polygamie est à l'origine de beaucoup de problèmes dans les foyers. Si certaines femmes ne trouvent aucun problème à avoir et à vivre avec une coépouse, d'autres la considèrent comme étant une source principale de tous les maux qui anéantissent les familles de polygamie. C'est pourquoi d'autres préfèrent la monogamie pour plus de stabilité dans leur ménage et échapper aux pièges de la polygamie, même si d'aucuns ont échoué dans leur ménage à deux. L'un ou l'autre, la polygamie reste une expérience qui se vit à mille nuances.

Au cours de ce reportage, des Sénégalais ont donné leurs avis sur la question et sans langue de bois, ils ont tenté d'exposer leurs opinions. Les experts ont tranché sur la problématique de la polygamie. Des autorités religieuses ont aussi été interpellées sur le sujet. Et chacun d'entre elles a livré sa perception de la polygamie, conformément à sa religion.

Reportage !
Mercredi 11 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :