Me Moussa Sarr à Macky Sall: « Ce n’est pas nécessaire qu’on dépose une demande pour la libération de Diomaye Faye »


Lors de son face à Face hier avec les journalistes, le président de la République n’a pas écarté l’idée d’une possible libération des détenus politiques comme Ousmane Sonko et Bassirou Diomaye Faye. En réaction à cela, les avocats de ce dernier ont apprécié la nouvelle. Le coordonnateur du pool des avocats de Bassirou Diomaye Faye s’en réjouit.

Pour Me Moussa Sarr :« Si, effectivement le pouvoir à travers la chancellerie donne des instructions au parquet pour la libération de tous les détenus politiques, y compris mon client Bassirou Diomaye Faye, je ne dois que m’en féliciter en attendant la mise en œuvre de cette volonté politique de l’Etat. Et, je rappelle que Bassirou Diomaye Faye ainsi que tous les détenus politiques en prison actuellement ainsi que ceux qui ont bénéficié récemment d’une libération sont des détenus politiques. Et, c’est la politique qui avait présidé à leur arrestation, c’est la politique qui va les libérer. Donc, il n’y a aucun doute sur ça. Donc, ils étaient en détention politique, certains sont toujours en détention politique. Je me félicite de cette décrispation, de cet apaisement qui va dans le sens de notre pays tant mieux », s’est-il réjoui sur les ondes de la RFM.

Cependant l’avocat se veut clair et précis estimant qu’il n’a reçu aucun mandat de son client allant dans le sens d’introduire une demande de liberté provisoire. « Mais pour libérer une fois un détenu politique, on n’a pas besoin de l’intervention d’un avocat comme l’a fait le procureur de la République en usant de l’article 128 du code de procédure pénal, il faut continuer à user de ce même article pour faire libérer tout le monde. En tous cas moi, je n’ai reçu aucun mandat de Monsieur Bassirou Diomaye Faye pour introduire une telle demande de liberté provisoire. Et une telle demande de ma part venant de mon client serait même superflu. Ce n’est pas nécessaire qu’on dépose une demande pour la libération Monsieur Bassirou Diomaye Faye. C’est l’Etat du Sénégal qui l’a arrêté pour des raisons politiques. Il appartient à l’Etat du Sénégal de prendre les dispositions comme il l’a fait jusqu’ici pour faire libérer plus de 300 détenus politiques. Bassirou étant un des détenus politiques parmi tant d’autres qui sont actuellement en prison. Il appartiendra à l’Etat d’instruire le parquet, mettre des poursuites pour que le parquet qui avait fait arrêter Bassirou Diomaye Faye et les autres détenus politiques d’introduire une nouvelle demande auprès des cabinets d’instruction pour demander sa libération », a-t-il souligné.
Vendredi 23 Février 2024
Dieynaba Agne



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :