Mankeur Ndiaye, RSSG et chef de la Minusca condamne avec fermeté le massacre perpétré contre les populations dans trois villages en Centrafrique.


Au moins 34 civils dont 13 à Koundjili, 18 à Ndjomdjom et 3 à Bohong ont perdu la vie dans une tuerie perpétrée par les éléments du groupe armé 3R (Retour, Réclamation et Réhabilitation) en République Centrafricaine. Le député suppléant de Paoua et le directeur de l’école du village de Lemouna et deux enseignants figurent parmi les victimes. Certaines victimes ont été ligotées avant d’être criblées de balles. 
Les éléments de ce groupe armé ont aussi incendié des maisons et emporté des bœufs. Pourtant ce groupe armé a été signataire des accords de paix du 06 février dernier, participe au processus de paix en cours, et dispose aussi d’un ministre au sein du Gouvernement.
Le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Mankeur Ndiaye, Chef de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA) a condamné vigoureusement ses attaques qualifiées de barbare. C’est d’un ton ferme qu’il a affirmé que les auteurs de tels crimes seront recherchés, arrêtés et traduits devant la justice. 
Sous sa houlette, Mankeur Ndiaye s’associe au gouvernement centrafricain pour exiger de monsieur Sidiki Abasse, chef du groupe armé les 3R, l’arrestation et la remise des auteurs de ces massacres aux autorités dans les 72 heures sous peine d’être tenu personnellement responsable et de répondre de ces actes. Le même délai est donné au mouvement 3R pour démanteler ses bases et barrières illégales faute de quoi la Minusca et le gouvernement prendront les mesures qui s’imposent.
Les atrocités de ces massacres témoignent de la volonté de ses auteurs de vouloir occasionner un grand nombre de victimes parmi les populations et de fouler au pied les acquis de l’Accord de paix de Khartoum. 
Mais la MINUSCA fait savoir qu’elle ne ménagera aucun effort dans la poursuite judiciaire des auteurs, commanditaires et complices de ces actes inqualifiables, qui pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. 
Par ailleurs, elle appelle la population au calme et à ne pas céder à la tentation des représailles. Ces attaques surviennent au moment où le Gouvernement, avec l’appui de la Minusca et ses partenaires avec l’adhésion progressive des populations, déploie des efforts pour une mise en œuvre réelle de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation afin que la stabilité revienne définitivement en RCA.
Jeudi 23 Mai 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :
EXIGENCE D'ÉQUITÉ

EXIGENCE D'ÉQUITÉ - 18/11/2019