Macky déconfine l’Economie. (Par Oumou Wane)


Macky déconfine l’Economie. (Par Oumou Wane)
Si l’on penche d’un point de vue raisonnable, sans faire de politique politicienne, il est intéressant de noter que la vitesse à laquelle le Covid-19 tue les économies, est sensiblement plus rapide que celle avec laquelle elle tue les hommes.

Pour entrée en matière, le virus impose aux États des dilemmes cruels : pour me contenir, il vous faudra tuer vos économies, fermer vos écoles, vos entreprises, vos restaurants et hôtels… Clouer au sol vos moyens de transport et confiner à double tour vos populations dans leurs appartements et les plus chanceuses dans leurs maisons.

Malgré moi, je suis témoin des pires moments qu’un pays frappé de plein fouet par le virus peut vivre. C’est l’histoire terrible d’une crise sanitaire, doublée d’une crise économique à laquelle on ajoute désormais une crise politique en Italie.

Le Sénégal, Dieu merci, ne connaît à ce jour aucune de ces crises comme celle que nous vivons ici, poussée à son paroxysme.

Nous apprenons sur le virus au jour le jour, au vu des premiers dégâts sur les plus grosses puissances mondiales, tout étant relatif par ailleurs, nous pouvons juste rester optimistes et persévérants dans le respect des mesures barrières.

Il y a un dosage savant à opérer par les États. Des décisions ont été prises. Continuer à confiner tout azimut les populations et les économies ou se rendre compte qu’il faut maintenant choisir entre le mal et le pis. Sans traitement avéré 100% efficace à ce jour, sans vaccin disponible si tant est qu’il puisse être conçu puisque selon d‘éminents spécialistes comme le Professeur Raoult ou le Professeur Seydi, la maladie n’est pas auto-immunisante. Autrement dit on peut l’attraper et la rattraper encore. Il est donc sage de l’empêcher de nous pénétrer en mettant les masques et en respectant les mesures d’hygiène édictées. Le professeur Seydi l’a dit récemment, et d’ailleurs il n’a pas été trop repris. Il s’agit aussi de se protéger les yeux, de mettre des lunettes car elle est transmissible par les larmes.

J’ai suivi le discours du Président Macky Sall. C’est un Président responsable.

J’ai lu et compris l’excellente interview de Mahammed Boune Abdallah Dionne dans le quotidien Le Soleil, écouté les diverses émissions de Madame La Présidente du CESE Aminata Touré qui a rappelé la genèse des décisions prises par l’Etat et leur légitimité. J’ai lu et vu les décisions du Ministre de l’Intérieur Monsieur Aly Ngouille Ndiaye quant aux conditions drastiques qui devraient sous-tendre ce déconfinement pas à pas… J’ai aussi suivi les réactions à fleur de peau de nos politiciens hibernés, insinuant que le Président a cédé aux injonctions, disons demandes ou prières des guides religieux ou autres imams et oulémas que sais-je moi… et qu’il a sacrifié notre santé pour faire plaisir aux demandes de toutes ces catégories.

Rien de plus faux. Le Sénégal est une démocratie. Prendre en compte les demandes spécifiques des transporteurs, des ambulants ou des marchés et empêcher à ceux qui veulent aller prier à la mosquée de le faire n’est pas sérieux. Que chacun prenne ses responsabilités ! Les mosquées ont les moyens de respecter les mesures barrières ? Mais qu’elles fassent ! C’est leur responsabilité qui sera engagée ici !

Comme partout ailleurs, il faut faire les choses de manière crescendo tout en veillant à la sécurité des populations.

Et si finalement le Coronavirus nous avait-il appris la discipline? Prenons-en de la graine et tâchons de ne pas oublier les leçons qu’il nous a infligées au lendemain de sa disparition. Car il mourra de sa belle mort.

Mon sentiment, lorsque j’ai écouté le discours du Chef de l’Etat, un scientifique, c’est qu’il dispose d’informations cruciales et qu’il est pleinement conscient que le taux de contagion, même s’il monte, reste relatif et qu’une combinaison de facteurs fait que notre pays, notre peuple résiste. Oui nous résistons et cela déroute ! Ce que Felwine Sarr appelle les prévisions obscènes de toutes ces institutions, pays et medias. Dans un de mes derniers éditos, je le disais autrement : ‘’Vous nous promettiez le naufrage, regardez comme on navigue’’ !

Aujourd’hui, l’Afrique en général, le Sénégal en particulier, n’ont pas à avoir peur car l’hécatombe promise n’est pas là. De quoi cela tient-il ? De la jeunesse de nos populations ? De notre cohabitation avec toutes sortes de maladies, de nos climats, de notre solidarité ? De notre capacité à avoir su anticiper en lisant des saccages que le virus faisait ailleurs ?

Je dirai que l’on est peut-être les derniers de la classe d’un point de vue économique au niveau mondial mais premiers de la classe en termes de créativité, de capacité d’adaptation et de lutte contre ce virus, auquel on donne du vrai fil à retordre.

N’ayons pas peur de lui. Ne tuons pas nos économies. La Cote d’Ivoire est sur les traces du Sénégal !

Avançons et faisons-lui face avec les mesures barrières et vaquons à nos occupations. Il s’agit de développer notre continent et à ce sujet, nous avons d’ailleurs appris que nous ne pouvions compter que sur nous-mêmes. L’Afrique se prépare au grand dégagisme me semble t’il ! Faut l’anticiper car c’est la volonté des peuples. Et nos dirigeants devront lire entre les lignes…La décision unilatérale d’Air France d’ouvrir ses lignes sur la vache laitière africaine risque d’être la dernière goutte qui va faire déborder le vase des peuples !

Le Covid-19, comme un ciment a rapproché le peuple africain pendant qu’il divisait l’Europe. Il a réussi là où les discours creux de tous ces sommets de l’Union Africaine ont échoué. Et là où tous ces discours jamais écoutés ou entendus de Thomas Sankara se sont évanouis. Nos dirigeants comme nos peuples ont compris et dans une symbiose parfaite et historique, devront aller ensemble à la reconquête de nos propres destins jusqu’ici désertés…sinon gare au réveil !

Oumou Wane
Vendredi 15 Mai 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :