Licenciement des ex-employés de l’autoroute à péage : « Ils l’ont été pour vol et abus de confiance », selon leur ancien employeur


En conférence de presse vendredi dernier, le collectif des licenciés des autoroutes à péage Ila Touba et AIBD-Mbour avaient dénoncé une certaine forfaiture dont ses membres étaient victimes depuis quelques mois avec leurs licenciements abusifs. Leur désormais ex employeur, dans un démenti transmis à notre rédaction, a tenu à donner sa version des faits.
Le cabinet Inteliman s’est joint à la CRBC son client « pour apporter ce démenti aux calomnies faites par les ex-employés qui ont été licenciés pour vol, faux et usage de faux, abus de confiance et pillage organisé des deniers publics », révèle le communiqué. Une plainte pour vol et abus de confiance a été déposée dans cette affaire révèle la même source. Une plainte qui suit son cours devant le procureur de la République.
 « Contrairement à ce que ces ex-employés, peu vertueux veulent  faire croire, Inteliman ne peut en aucune façon, agir dans la gestion opérationnelle ou licencier sans la demande motivée et justifier de son client. Notre seule prérogative est de veiller à ce que ces licenciements fassent l’objet de rapports détaillés avec des preuves filmées transmis par les auditeurs de notre client CRBC. De ce fait, Inteliman garantit que toute la procédure de licenciement a été scrupuleusement respectée et tous les droits au Solde de tout compte ont été versés. Seulement, ne souhaitant briser la carrière de ces employés pris en flagrant délit de vol, Inteliman n’a pas souhaité porter plainte pour vol et afficher les photos des coupables dans les medias et dans les différentes gares ou ces forfaitures se sont produites. Uniquement pour leur donner la possibilité de tenter leur chance dans d’autres entreprises », peut-on lire sur la note.
Concernant les accusations sur les conditions de travail déplorable dans lesquelles exercent les employés de l'autoroute, ainsi que ce qu'ils considèrent comme des pratiques scandaleuses sur les autoroutes du Sénégal, le cabinet de démentir aussi catégoriquement « les allégations sur le montant que ces individus déclarent qu’on leur a prélevés sur leurs salaires » et demande à qui le souhaite de disposer des bulletins de ces 13 personnes pour disposer de la vérité sur ces montants.
« Ainsi, vous comprendrez jusqu’où va la malhonnêteté de ces personnes qui ont bénéficié de prêts du cabinet et qui ont présenté à la presse un bulletin où la part du prêt retirée, venait gonfler le montant des charges. Nous rassurons tous nos employés que toutes les attestations de SECU, d’IPRES et même de Quitus fiscal sont disponibles et dans nos locaux leur seront présentées au moment opportun. Ceci leur prouvera jusqu’où peuvent aller ces individus pour se venger du cabinet qui n’a fait qu’appliquer le code du travail devant la faute grave que constitue le vol »,conclut la note...
 
 
 
 
 
Mardi 11 Août 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :