Le Qatar instaure un salaire minimum pour les travailleurs étrangers

Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs migrants : 750 riyals, soit 166 euros. C'est le montant annoncé par le ministre du Travail dans un pays où 9 habitants sur 10 sont des travailleurs étrangers et où d'immenses chantiers sont en cours pour accueillir la Coupe du monde de football 2022.


Salaire minimum, nouvelles lois protégeant les travailleurs étrangers, depuis plusieurs mois, le Qatar multiplie les annonces et parvient même à convaincre. L'Organisation internationale du travail (OIT) vient ainsi de classer une plainte ouverte contre Doha pour « non-respect de la convention sur le travail forcé ».

La question est brûlante dans un pays où la majorité de la population est composée de travailleurs étrangers souvent venus d'Asie, parfois employés dans des conditions très difficiles, notamment sur les chantiers de construction écrasés de chaleur.

Le Qatar tente d'améliorer son image après de nombreuses enquêtes menées par des organisations syndicales ou de défense des Droits de l'homme dénonçant les conditions de travail et parfois même la mort d'ouvriers sur les chantiers ainsi que l'absence d'enquête après ces drames.

Les réformes sociales au Qatar interviennent dans un moment particulier. Depuis près de 6 mois, le pays est soumis à un blocus décidé par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte.

Le cauchemar pour le Qatar serait de voir l'organisation de la Coupe du monde de football 2022 remise en cause par ce bras de fer avec ses voisins et ce sont des milliers d'ouvriers étrangers qui font aujourd'hui sortir de terre les infrastructures du Mondial.
Jeudi 16 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :