Le "Ndogu national" : un modèle de solidarité des Baye Fall.


Des 4 coins cardinaux du Sénégal, la distribution gratuite du NDOGU est devenue un phénomène acceptée et assimilée par la quasi-totalité des populations.

Au-delà de sa portée cultuelle, ce modèle de solidarité a été instauré depuis les années 1915- 1916 par des leaders spirituélo-temporels porteurs d’un message universel et humaniste.

En effet en l’année 1915-1916 Khadimour Rassoul (Serviteur du Prophète Mouhamed PSL et fondateur de la voie soufi, le Mouridisme), en résidence surveillée à Diourbel, habitait une grande concession abritant entre autre des membres de sa famille et certains de ses proches disciples. Cependant, tout autour de cette demeure, affluaient en grand nombre des fidèles et des hôtes venant de contrées lointaines. Chacun de ces gens du peuple venait avec un lot de souhaits et de quêtes dans l’espoir de trouver refuge et satisfaction auprès du généreux Cheikh. Certains parmi eux, le plus souvent des personnes démunis et nécessiteux, finissent par élire domicile aux alentours de la concession du Cheikh Ahmadou Bamba pour des raisons diverses. Ainsi autour de la concession du Saint Homme, un quartier est né sous le nom de Kër Gu Mag.

Une grande majorité de cette population n’espérait trouver leurs moyens de subsistance qu’a la générosité du Cheikh khadimour Rassoul. Ce Dernier mettait toujours en place comme à l’accoutumée des stratégies qui permettent d’affranchir l’homme de tout joug qui lui empêche de bien vaquer en toute quiétude à ses obligations cultuelles et culturelles.

Entre autres modèles de solidarité instauré par le Cheikh Ahmadou on peut prendre l’exemple de la distribution gratuite des NDOGU qu’on a aussi tendance à appeler tout simplement « NDOGU YI », ou aussi sous le nom de « KUMTÉ YI » utilisé souvent par les principaux acteurs de ce système à l’occurrence les Baye Fall.

En 1915-1916 donc, Serigne Touba donna le Ndiguel (l’ordre) à son Grand Disciple Mame Cheikh Ibrahima Fall qui lui sert habituellement de balise lorsqu’il s’agit de l’initiation et la pérennité des grands chantiers de la voie mouride.

Mame Cheikh Ibrahima Fall connu par son abnégation et son sens élevé des grands défis décida alors de préparer quotidiennement des Ndogu et pour le Cheikh Ahmadou Bamba et pour l’ensemble des hôtes et des habitants environnant de Kër Gu Mag (Concessions du Cheikh). Cheikh Ibra Fall ne lésina sur aucun moyens et il mettra en place une gestion anticipative et une organisation pragmatique très efficace.

L’organisation globale repose jusqu’à aujourd’hui sur une division du mois de Ramadan en dix (10) jours d’intervalle. Et dans cette répartition le KUMTÉ désigne le début de chacune de ces décades à savoir le premier (1er) jour, le onzième (11eme) jour, le vingt-et-unième (21eme) jour, en plus du dernier jour du mois béni (29éme ou 30eme Jour).
Que se représentent ces KUMTÉ ?
Les KUMTÉ représentent symboliquement des jours où sont recueillis dans la grande résidence de Mame Cheikh Fall tous les moyens matériels et financiers réunis en amont et qui sont nécessaires pour la prise en charge totale des ndogou en quantité suffisante pour les 10 jours à venir. Il faut signaler que Mame Cheikh Ibra Fall veillait strictement à ce que tout don qui venait des talibés soient d’une provenance licite et découlant de leur dure labeur.

Cette organisation assurait donc aux musulmans nécessiteux de bien s’acquitter de leurs obligations cultuelles dans la sécurité alimentaire et la quiétude requise.

À cette époque des années 1916 déjà Mame Cheikh préparait ce qu’il y’avait de meilleur comme service culinaire. Les Ndogou étaient à base de poulet, de viande et de riz, servis en 12 bols (Bóoli en Wolof) et une marmite spécial appelée « super » (Suppeer en wolof) destinée principalement au Cheikh Ahmadou Bamba. Le booli est un grand bol pouvant servir jusqu’à 20 plats au minimum. Et ces derniers peuvent nourrir au minimum 5 personnes à satiété. Il faut juste faire le rapport démographique de l’époque et la quantité de nourriture distribuée pour savoir que l’idée des Ndogu gratuit dépassait le cadre stricte des personnes du disciple qu’est Mame Cheikh Ibra Fall et de son vénéré guide Serigne Touba.

Tous les actes et enseignements véhiculés par ces Leaders ont une portée universelle et humaniste. Et tout ce que Mame Cheikh Ibra avait initié dans son œuvre, sa famille est entrain de le propager de manière exponentielle partout au Sénégal et dans les coins les plus reculés du monde.
Aujourd’hui ce modèle ainsi que son organisation se démultiplient et se réadaptent au-delà des frontières du mouridisme.

Ce type d’initiative de solidarité communautaire est l'une des valeurs sûres du mouridisme et par ricochet inspire de nombreuses organisations de tout bord (ONG, Association, Mouvement de jeunesse etc...). Il doit être adopté à tous les niveaux de la société pour assurer la pérennité de la cohésion et de l’entente entre toutes ses parties composantes.

Pourquoi pas s’organiser de la sorte lors des fêtes de Pâques pour offrir à tous nos frères chrétiens la possibilité de faire le carême en toute quiétude et à participer ainsi à l’effort des préparatifs du « Ngalax national » gratuit qui est un des fondamentaux de nos liens fraternités.

Nos guides religieux et autres ancêtres nous ont laissé des modèles et des valeurs sûres dont la maîtrise et la mise en pratique nous seront non seulement d’une utilité essentielle mais elles peuvent être d’un apport conséquent dans le rendez-vous du donner et du recevoir de l’universel.

Daouda Fall 
Dimanche 18 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :