Lancement programme : Augustin Senghor dévoile 4 axes prioritaires et 11 engagements phares pour réformer la CAF


C’est symboliquement au Cap-Vert, précisément à Praia, que le candidat sénégalais à la présidence de la Confédération africaine de football (Caf), Augustin Senghor, a dévoilé les différents axes prioritaires d’action de son programme dans le cadre de l’élection de la présidence de la CAF. Suite à l’assemblée générale de l’UFOA-A qui s’est tenue un peu plus tôt dans la matinée de ce samedi 23 janvier, Me Senghor, a dévoilé son ambitieux programme pour briguer le fauteuil tant convoité. 
C’est ainsi que le dirigeant de la fédération sénégalaise de football a d’emblée souligné qu’il comptait se lancer dans une campagne panafricaine. Il a précisé avoir pris le choix délibéré de revenir au sein de sa zone, la grande concession qu’est L’UFOA-A

–A. Sur ce, quatre axes prioritaires d’action ont été dévoilés dont le Plan de la Gouvernance exécutive, administrative et  juridique, le développement des compétitions et du football de base, la gestion financière et commerciale etc...  Pas moins de 11 engagements phares ont été également déclinés dans ce sens.

Les difficultés de la CAF, selon Augustin Senghor, en 8 points…

Dans cette entreprise ambitieuse, Augustin Senghor dont la démarche relève « d’une prise de responsabilité historique », selon ses propos, a également listé 8 points ciblés comme étant les maux de la CAF après un état de lieux effectué. Des carences d’ordre institutionnelles et organisationnelles telles que : 
-L’ordonnancement juridique désuet : les statuts et règlements de la CAF ont fini de démontrer leur inadéquation avec les réalités de la gestion et de la Gouvernance moderne. 
-Les problèmes de gouvernance et de conformité ayant abouti à ce stade au double niveau administratif et exécutif à l’absence d’un leadership bénéficiant d’une légitimité pleine et entière.
-L’instabilité au niveau de l’organisation administrative qui ne favorise pas le rendement et la performance au sein de l’administration (3 secrétaires généraux en 4 années, beaucoup de départs au sein du personnel et l’arrivée de nouveaux agents…
-La précarité de la situation financière de la CAF installée selon le Président de sa commission des finances dans un cycle de déficit financier structurel lors des derniers exercices.
-Les difficultés du secteur des droits commerciaux (droits TV, marketing et sponsoring) suite à l’absence d’une bonne et attractive politique commerciale…
-Les compétitions : défaillances récurrentes à organiser et à respecter le calendrier des compétitions de la CAF pour des raisons tant endogènes qu’exogènes…
-La « balkanisation statutaire » de la Confédération à des fins politiques au détriment de l’unité et de la cohésion de ses 54 membres rendant impossible la mise en œuvre efficiente de toute politique de développement équilibré et harmonieux sur le continent 
-L’absence d’une politique réellement tournée vers le développement du football à la base (football des jeunes et de masse), du football féminin, vers la professionnalisation du football local et vers la formation et le renforcement des capacités des cadres du football africain.
 
4 axes prioritaires d’actions déployés en 11 engagements phares…

C’est sous ce rapport, que le patron de la FSF déclinera devant l’assistance, son programme censé remettre la CAF sur les bons rails. Pas du tout alarmiste, Me Senghor n’en reste pas moins inquiet de la situation assez critique de l’instance dirigeante du football Africain « Au bord de la rupture » d’après lui. D’où la pertinence de ses propositions, insistera-t-il, tout en expliquant de façon détaillée les tenants et les aboutissants de ces quatre axes prioritaires d’engagement. 
 
AU PLAN DE LA GOUVERNANCE EXÉCUTIVE, ADMINISTRATIVE ET JURIDIQUE : pour une gouvernance inclusive, transparente et responsable. Nécessitant une réforme de l’ensemble du cadre juridique et décisionnel, la restructuration du mode de fonctionnement du comité exécutif et la modernisation de l’administration de la CAF.
 
AU PLAN DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTITIONS ET DU FOOTBALL DE BASE : pour une revalorisation de la pratique du football à tous les niveaux et pour tous. Avec la professionnalisation des clubs, l’harmonisation du calendrier des compétitions internes avec l’international…
 
AU PLAN DE LA GESTION FINANCIÈRE ET COMMERCIALE : pour une plus grande efficacité et autonomie financière axée sur une vraie capacité de mobilisation de ressources modernes dans le respect du comportement éthique, de la transparence et de la responsabilité.
 
AU PLAN DES PARTENARIATS INSTITUTIONNELS
ET DES RELATIONS EXTÉRIEURES : Avec l’appui de la FIFA, l’accompagnement des États et gouvernements africains en plus d’une collaboration avec les autres fédérations de football.
 
« Le temps additionnel », ces points importants ciblés par Me Senghor, pour le renouveau du football africain… 

Enfin, Augustin Senghor de finir par ce qu’il appelle le « temps additionnel » pour rester dans le jargon footballistique. Des points spécifiques tels que : 

La poursuite et le renforcement de la valorisation et l’implication des Légendes du Football avec plus largement un accent particulier sur la politique de prise en charge de l'après-carrière ou la reconversion des anciens footballeurs professionnels africains.

L’augmentation de la représentation féminine dans les hautes instances et organes de décision de la CAF avec un minimum de trois au sein du Comité exécutif.

L’octroi d’une place de vice-président du Comité exécutif à au moins un représentant des 4 composantes linguistiques de la CAF officiellement reconnus par la CAF.

La création du Musée du Football africain avec le Panthéon des Gloires du Football africain avec la mise en place d’un Centre d’archivage au niveau de l’administration. 

Le lancement au sein de la CAF de l’initiative mondiale pour l’éradication du racisme et la discrimination dans le football.

L’initiative « TEAM AFRICA, GOUVERNONS ENSEMBLE » consistant en la mise en place d’une démarche participative dans la prise des décisions importantes pour l’avenir de la CAF avec un processus de consultations en amont des associations nationales et la participation avec voix consultative des Présidents d’Union Zonale aux réunions du Comité exécutif à chaque fois que de besoin.

La poursuite du projet de la Fondation CAF pour permettre à l’organisation de jouer pleinement son rôle de catalyseur du développement social et durable du Continent.

Se définissant comme un réformateur et rassembleur, Augustin Senghor qui est déjà en pleine campagne, en attendant la validation définitive de sa candidature, entend faire de la CAF une institution forte, performante et attrayante.
Samedi 23 Janvier 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :