Kaolack / Vol avec effraction à SAM : Le gérant d'une auberge violemment agressé à coups de pilon, "entre la vie et la mort"... Le présumé auteur qui a été déféré au parquet, jouait à 1XBET avec l'argent de sa victime.


Les faits remontent au 06 juillet 2022. Les limiers ont été informés de l'agression du sieur Mamadou Kh. Niass par un individu non identifié dans son auberge qui lui sert de domicile, située au quartier SAM. 
Après son forfait, le malfaiteur a emporté son téléphone et a appelé des parents de la victime en faisant croire que ce dernier a fait l'objet d’un accident pour les convaincre de lui envoyer de l’argent. Selon lui, il a été évacué aux urgences du centre hospitalier régional El hadji Ibrahima Niass après l’agression. 

Héritant de ce dossier, le commissariat central de Kaolack a immédiatement ouvert une enquête pour identifier l’auteur de l’infraction. 

Ainsi, le frère de la victime du nom de El Hadji A. Niass qui a confirmé les termes de sa déposition, a également laissé entendre qu’il a été informé par sa sœur de l’agression de son frère. Aussitôt, il est venu à Kaolack pour s’enquérir de la situation et être au chevet de ce dernier.

Trouvé à l'hôpital régional de Kaolack où il a été hospitalisé, Mamadou Kh. Niass a précisé que le 06 juillet vers 03 heures, un individu s’est introduit nuitamment dans sa chambre au moment où il dormait et l’a agressé violemment avec plusieurs coups de pilon. Ainsi, il est tombé à terre avec l’agresseur ainsi que l’objet avec lequel il le frappait. Pour échapper à la furie de son bourreau, il est resté inerte pour faire croire à ce dernier qu’il était mort. De ce fait, le malfaiteur a fouillé sa chambre sans rien trouver et a emporté son téléphone. Par la suite, il a appelé quelques-uns de ses contacts pour leur faire croire qu’il avait subi un accident et avait besoin d’argent pour ses soins. C’est ainsi qu’il a pu convaincre son assistant Amath S. Bitèye de lui envoyer la somme de cinquante (50 000) FCFA dans le compte " Wave" de son téléphone qu’il a emporté avec lui. Interpellé sur celui qu’il soupçonnerait d’être l’auteur de cet acte, il a désigné un dénommé Djiby sans autre précision.

Par la suite, les hommes du commissaire Aliou Ba se sont rendus au domicile de la victime en compagnie d’un de ses ouvriers aux fins de constat. Au cours des investigations, il a été constaté un désordre total dans la chambre où l’agression a eu lieu ainsi que des traces de sang sur les draps, sur le lit et au sol. Cette opération a également permis de retrouver un pilon tacheté de sang posé sur le lit qui serait probablement l’objet utilisé lors de l’agression. La poursuite des constatations s’est soldée par la découverte d’une chaine posée contre un mur de trois mètres environ et sur laquelle, des traces de pas étaient bien visibles. Ledit mur ferme un couloir de la maison et derrière lequel se situe la route qui passe devant le domicile. De plus, les recherches effectuées dans le fast-food de l’auberge ont permis de remarquer que le grillage de la fenêtre en aluminium  coulissante qui donne vers l’extérieur, a été déchiré. 

Lors du transport sur les lieux, le sieur A. Sow, employé à la boulangerie située en face de l’auberge, a informé qu’il reconnaissait le malfaiteur avant de préciser que le jour des faits, il était dans la boulangerie. Quand il a entendu des cris dans l’auberge, il est venu s’enquérir de la situation. Ainsi, il a aperçu une fine lumière d’une torche à l’intérieur du domicile qui était obscur et il est resté sur place. Un instant après, il a vu un individu déchirer le grillage de la fenêtre du fast-food par lequel il est sorti. Revenant sur la description de l’individu qu’il a aperçu, il a souligné qu’il était costaud et portait une culotte ainsi qu’un teeshirt. Il a rajouté qu’il le reconnaissait très bien et que même s’il ignorait son identité, il était formel qu’il s’agissait d’un ex employé du fast-food de l’auberge.

Entre temps, une réquisition a été adressée à la direction du service de transfert d'argent aux fins de voir si des montants n’ont pas été retirés du compte de la victime. Ledit service a confirmé qu’une somme de quarante-neuf mille cinq cent cinq (49505) FCFA a été transférée dans le compte de Mamadou Kh. Niass par le sieur A. Bitèye. Suite à ce dépôt, deux retraits de vingt mille (20 000) FCFA et de trente et un  mille cinq cent (31 500) ont été effectués respectivement le 06 juillet 2022 à 04h15  dans un établissement de la place  situé en face de la grande mosquée de Léona et au niveau d'un autre établissement en face de la Banque agricole à la même date à 08h07.

Lors leurs auditions,  le premier a confirmé avoir effectué un retrait de vingt mille (20 000) FCFA, le 06 juillet 2022, vers 04h15 au profit de Mamadou Kh. Niass par un individu  qu’il pourrait peut-être reconnaitre. Le second a également confirmé avoir fait un retrait de trente et un mille cinq cent cinq (31 500) FCFA à partir du compte de la victime dont le téléphone était détenu par une autre personne ce même jour à 08h07.

Interpellé et conduit au commissariat central de Kaolack, Djiby R. Fall a été placé en garde à vue...Soumis à interrogatoire, il a reconnu sans ambages les faits après avoir tenté de les nier lors de son interpellation. Revenant sur leur récit, il a avoué que c’est à 02h qu’il s’est introduit dans le restaurant en passant par la fenêtre. Ayant constaté, qu’une porte a été installée sur la voie menant  à l’autre partie de la maison où se trouve l’auberge, il a voulu escalader le mur avec l’aide d’une chaise. Ce faisant, il est monté sur la terrasse, avant de redescendre  par les escaliers pour accéder à l’autre partie de l’auberge. Mais, quand il  est monté sur la chaise, il ne pouvait pas attraper l’extrémité du mur qui était très long. Il est alors descendu de la chaise et s’est dirigé vers la porte nouvellement installée qui s’est ouverte quand il a touché le poignet. Alors, il s’est dirigé directement dans la chambre de la victime qui était en train de dormir. Quand ce dernier a voulu se relever après avoir senti sa présence, il lui a asséné un coup de pilon qu’il avait récupéré dans la cuisine et il est tombé par terre. Il a réussi à l’attraper et ils se sont disputés le pilon. Mais, il a réussi à l’arracher avant de lui donner un autre coup. Puis, la victime est tombée et est restée inerte. Ayant fouillé les deux commodes sans rien trouver, il a emporté son téléphone qu’il a utilisé pour appeler les contacts de Mamadou Kh. Niass, en se faisant passer comme un médecin pour leur faire croire qu’il a été victime d’un accident et qu’il a besoin d’argent pour payer ses soins.

C’est à travers ces manœuvres qu’il a réussi à convaincre le sieur A. Bitèye de lui envoyer la somme de cinquante mille (50.000) FCFA dans le compte Wave de la victime avant de retirer l’argent dans deux services de transfert d’argent avec le téléphone de la victime qui n’était pas verrouillé et dont il connaissait le code du compte. Après, il a utilisé l’argent pour jouer à 1XBET.  Interpellé sur le mobile de son forfait, il a déclaré qu’il avait besoin d’argent pour la fête de Tabaski et comme il savait que Mamadou Kh. Niass gardait de l’argent dans son domicile, il a décidé d’y commettre un vol. Mais, son intention n’était pas de le tuer. Les éléments se sont plus tard transportés à son domicile pour récupérer le teeshirt qu’il portait le jour des faits. Et l'on nous apprend que le sieur Mamadou Kh. Niass est toujours interné au centre hospitalier régional de Kaolack où son état est jugé très critique, selon une source hospitalière.

Le présumé agresseur a été déféré hier au parquet de Kaolack...
Mercredi 13 Juillet 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :