Implication du secteur privé dans la lutte contre le Paludisme : Le ministère de la Santé joue toutes ses cartes.


Le ministère de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS ) en étroite collaboration avec Speak Up Africa a organisé ce 02 décembre une table ronde dans une dynamique d’échanges sur les pistes d’engagement des entreprises du secteur privé en faveur de la lutte contre le paludisme au Sénégal. 

Alphonse Ousmane Thiaw, directeur de cabinet du ministre de la santé a présidé ladite cérémonie.
Dès l’entame de son propos, il fait un focus sur les objectifs de cette initiative visant essentiellement à stimuler l’engagement du secteur privé dans la lutte contre le paludisme.

L’organisme Speak Up Africa au cœur de cette initiative a été représenté par sa directrice exécutive Yacine Djibo qui entend mettre la main à la pâte pour l’atteinte de ces objectifs.

Cet atelier dédié à l’implication du secteur privé dans la lutte contre le paludisme a également abrité la signature d’une convention de partenariat entre le MSAS et l’institution financière Ecobank. Un geste qui apparaît comme une contribution à la naissance d’une lueur d’espoir d’un échange fructueux entre le ministère et les entreprises privées.

Au titre de ces échanges, le directeur de cabinet du ministère de la Santé et de l’action sociale a partagé avec les médias les tenants des nouvelles stratégies liées à la lutte et à l’élimination du paludisme.

En définitive, le coordonnateur du programme de lutte contre le paludisme a terminé par une synthèse des actions menées jusque-là contre cette maladie et les retombées qu’elle occasionne, non sans  rappeler l’essence que constitue le secteur privé dans la lutte. 

L’objectif de cette table ronde était de réunir les entreprises et chefs d’entreprise afin de définir des initiatives stratégiques pouvant permettre la mobilisation des ressources domestiques en faveur de la lutte contre le paludisme au Sénégal.

L’idée étant de favoriser la mobilisation des ressources nationales pour un financement durable, de mobiliser les entreprises en faveur du contrôle et de l’élimination du paludisme, de maximiser les réseaux et partenaires d’Ecobank pour renforcer ou créer des plateformes collaboratives.

Il a été pris en compte lors de cette table ronde, le rôle prépondérant des médias dans l’influence et la bonne gestion des décideurs. Pour cela, il apparaît indispensable pour les experts d’utiliser toutes les plateformes disponibles permettant de renforcer la visibilité de l’initiative et de générer une énergie positive autour de la perspective de l’élimination du paludisme et animer la conversation nationale. Ce, dans une dynamique de primer la prévention et de prétendre à la politique d’un diagnostic précoce.

Le paludisme a un impact important sur les entreprises du secteur privé. Il affecte directement la productivité des ressources humaines au sein des entreprises.

L’année 2020 a été marquée par une hausse de tous les indicateurs. Avec 445.313 cas notifiés, soit une incidence de 26,7 pour 1000 habitants, le Sénégal déplorait 373 décès à travers le pays en 2020, contre 260 décès en 2019. Le paludisme demeure une menace pour les populations du monde entier causant plus de 409.000 décès en 2019 dont 94% survenus en Afrique subsaharienne.

Il est estimé que le paludisme réduit la croissance du PIB jusqu’à environ 1,3% et fait peser une lourde charge sur les entreprises du secteur privé. La maladie continue d’affecter les bénéfices des entreprises à travers le continent africain et au-delà par le biais de l’absentéisme des employés, de la baisse de productivité et de l’augmentation des coûts des prestations de santé. Dans cette perspective de soutenir l’initiative, Ecobank est intervenu avec un budget de 60 millions en terme de finances en réitérant son appui à la contribution au « fonds palu ». 

« 90% des financements que nous recevons nous viennent des partenaires, c’est alors le lieu de nouer des partenariats avec les entreprises privées. Cela apparaît comme une autre carte à jouer dans la lutte contre le paludisme et son élimination », a déclaré le coordonnateur du PNLP.
Jeudi 2 Décembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :