« Il va de soi que si l’évolution de la situation requiert un confinement général, nous le ferons sans hésiter » (Macky Sall, président de la République)


Les annonces restrictives se feront en fonction de l'évolution de la pandémie au Sénégal. C'est du moins ce qu‘a réaffirmé le président Macky Sall dans un entretien paru dans le journal Figaro, ce mardi 21 avril 2020. « Le confinement est une mesure incontournable pour endiguer la propagation de la maladie. Il va de soi que si l’évolution de la situation requiert un confinement général, nous le ferons sans hésiter », a-t-il déclaré, dans les colonnes du quotidien français. 

Le chef de l’État s’en remet pour le moment aux mesures déjà prises, alors que la polémique sur un possible confinement général existe déjà. « Dans notre cas, nous avons totalement confiné les contacts et les malades qui sont naturellement hospitalisés. Sinon, nous avons pris des mesures interdisant les rassemblements et restreignant les conditions de transport », a rappelé le président Sall.

Il se dit conscient et tient compte de la diversité des situations socio-économiques des pays. « Il ne s’agit pas de faire du mimétisme, mais de prendre des mesures rigoureuses pour combattre le mal en veillant à ce que nos populations puissent vaquer aux occupations essentielles », a-t-il expliqué. 

Aux yeux de Macky Sall, aucun pays ne sortira indemne de cette crise. « Une récession globale est inévitable », estime-t-il. Le Chef de l’Etat a révélé les résultats d’une étude qui montre qu’en Afrique 20 millions d’emplois pourraient être détruits.

« Certains économistes vont jusqu’à prédire que la crise économique fera plus de morts que la crise sanitaire », se désole le président de la République, qui a promis « de protéger les plus vulnérables ».
Mardi 21 Avril 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :