Habib Sy candidat à la Présidentielle : « Je suis affecté par la situation de tout les secteurs de notre pays qui sont en train de dégringoler… Avec le parrainage, il veulent appauvrir les candidats avant même l’élection»

L’ancien ministre libéral Habib Sy, et leader du mouvement Espoir et Modernité (Pem) / « Yaakaar u Réew mi » a déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2019. Depuis Linguère, sa ville natale, ou il a câblé notre rédaction, il s’est dit affecté par « par la situation de tous les secteurs de notre pays qui sont en train de dégringoler ». Concernant la loi sur le parrainage, un obstacle de taille à la candidature des indépendants, l’ancien ministre de révéler qu’elle est mise en place surtout pour appauvrir les candidats potentiels.


   Habib Sy candidat à la Présidentielle : « Je suis affecté par la situation de tout les secteurs de notre pays qui sont en train de dégringoler… Avec le parrainage, il veulent appauvrir les candidats avant même l’élection»
M. le ministre pourquoi vouloir briguer le suffrage des sénégalais lors de la présidentielle ?
« Je déclare ma candidature sur la terre de mes origines à Linguère. Si j’ai décidé de me présenter c’est parce que compte tenu de mon expérience d’homme d’Etat et de haut cadre de l’administration, parce que j’ai fait 33 ans dans l’administration, aujourd’hui je suis affecté par l’affaissement de la démocratie au Sénégal, par la manipulation des Institutions par le pouvoir Exécutif , par la situation des jeunes qui vivent le désespoir et qui n’ont d’autres solutions que d’emprunter le désert pour y mourir ou aller sombrer dans « un océan sans fond » dans la Méditerranée. Je suis aussi affecté par la situation de l’école, celle de l’université qui sont les lieux de production et d’acquisition de la connaissance et du savoir, par conséquent du progrès et du développement.
Je suis affecté aussi par la situation du monde rural. Je suis fils de paysan je sais ce que je dis. Mais aussi de la femme sénégalaise, de la santé et de l’essentiel des secteurs de notre pays qui sont en train de dégringoler à tout point de vue. Et malgré cette déclaration tonitruante sur un taux de croissance, vous ne pouvez pas manquer de ne pas constater la progression de la pauvreté au Sénégal. Vous avez pris connaissance de l’Information qui nous a été fournie par la FAO selon laquelle au Nord du pays, il y a 750.000 sénégalais menacés par la famine. Comment comprendre que cela puisse se produire dans une zone qui est la plus arrosée de notre pays ?.

Oui, mais l’Etat a mis en place des plans d’urgence, ces 750.000 personnes ne seront affectées que si l’Etat ne fait rien au mois de Juin, c’est cela l’information.
Non ce n’est pas cela, il faut savoir aller au fond des choses. Vous avez une zone où il y a de l’eau comment comprendre que dans une zone où il y a de l’eau et des terres aménagées, qu’on puisse parler de famine ? C’est un échec de la politique globale de l’Etat. C’est eux qui devraient nous nourrir. Et cela veut dire que nous avons encore un Etat qui fait la politique de la main tendue. On l’aurait compris dans des zones désertiques. Mais dans une zone avec immensément d’eau, ce n’est pas compréhensible ni acceptable. Et nous estimons détenir les solutions pour l’essentiel des problèmes du Sénégal. Et c’est ce que nous allons leur proposer à travers un projet de société et un programme.

L’Assemblée a voté la loi sur le parrainage. Est ce qu’elle ne sera pas un obstacle à votre candidature ?
Là n’est pas le problème pour nous. Nous allons continuer à  combattre cette loi injuste et antidémocratique. Les partis ne peuvent pas être sur le même pied que les candidats indépendants.  La politique du Président Sall dans ce domaine, si on le suit bien, à long terme, c’est la suppression des partis au Sénégal. Il suffit de rester dans son coin jusqu'à la veille d’élection et dire je suis candidat.  Vous croyez que c’est cela qui va faire avancer la démocratie sénégalaise ? C’est une reculade ! Il s’y ajoute que ce système de parrainage va nous installer dans deux élections. Il faut faire le tour du pays pour chercher des parrains : c’est des moyens. Après vous allez vous repréparez pour la campagne. Ce qui veut dire contrairement à ce qu’il avance, il veut en même temps, appauvrir les candidats avant même qu’ils n’aillent à l’élection. C’est un système bien pensé par le pouvoir.  Raison pour laquelle dans le cadre du front de résistance démocratique, nous allons continuer à nous battre pour que cette loi ne soit pas mise en œuvre dans notre pays. Compte non tenu des autres aspects juridiques, recours, problèmes de signatures. C’est impraticable pour le moment.  Il doit surseoir à l’application de cette loi. Qu’on attende après l’élection présidentielle qu’il y ait une concertation avec l’opposition pour voir qu’elle est le meilleur système de filtrage qu’on peut instituer au Sénégal, étant entendu que nous ne sommes pas contre un système de filtrage. Mais il faut que cela se discute pour qu’on arrive à la meilleure formule possible.
Dimanche 6 Mai 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :