Greve des transporteurs : le mot d’ordre largement suivi à Kolda.


Le mot d’ordre de grève des transporteurs a été largement suivi à Kolda. Ce matin, dans tous les garages, tous les véhicules sont immobilisés à savoir les 7 places, bus, cars, taxis et clandos pour observer ces deux jours de grève. La gare routière communale visitée ce matin est déserte, sans client. Les rares clients arrivés sur les lieux ont été surpris par le décor désertique des lieux. D’après le vice-président de la gare routière, Abdoulaye Manko, « les chauffeurs sont lassés par les tracasseries routières », raison évoquée pour justifier leur mouvement d’humeur. 

Selon lui toujours, « nous sommes en grève à cause des nombreuses tracasseries routières et le manque de clients dans les gares routières. Aujourd’hui, tout le monde est transporteur et l’État regarde faire sans agir. Nous, en tant que professionnels, on s’acquitte de tous nos devoirs envers le transport. Mais, nous voyons des garages qui pullulent sans payer de taxes, ce qui nuit au transport et conduit inévitablement au dépérissement de leur activité. Aujourd’hui, il faut le reconnaitre notre secteur souffre beaucoup du déficit de régulation. C’est pourquoi nous serons en grève tant que nos exigences ne seront pas prises en compte… » 

Ce sont les taxis-moto jakarata qui font office de transport urbain et interurbain pour le moment au Fouladou. Même le transport des bus urbains a fortement impacté les activités économiques. Beaucoup sont arrivés aujourd’hui, en retard à l’école ou au boulot faut de moyens de déplacement. 

Cheikhou Ndoye,  chauffeur de son état, d’avancer : « en réalité, nous sommes fatigués par les tracasseries sur la route. On paie à chaque montée des forces de l’ordre, alors que nous sommes en règle. Parfois, on nous assigne pour rien, alors que tout est normal administrativement. Le permis est notre diplôme acquis légalement avec une bonne connaissance du code de la route. Il faut que ces tracasseries cessent et nous invitons l’État à régler cette question. D’ailleurs, on ne peut pas tout dire sur ce que nous vivons sur les routes. » 

Cette fois à l’unanimité tous les transporteurs ont suivi le mot d’ordre en paralysant le secteur à Kolda à l’image du pays. D’ici là, les clients devront prendre en mal leur patience en attendant le retour à la normale.


Mercredi 1 Décembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :