Gestion budgétaire : 88 000 bons d’engagement pris en charge en 2022, vers un budget ‘’solution’’ en 2023.


C’est un bilan jugé satisfaisant de l’exécution budgétaire au titre de l’année 2022 qui a été relevé à l’occasion du lancement officiel, ce 17 janvier, de l’exécution budgétaire de la nouvelle année 2023. 
La rencontre présidée par le ministre des finances et du budget, Mouhamadou Moustapha Ba, a été une occasion pour rappeler le succès de la gestion budgétaire de la défunte année. Le ministre s’est réjoui dans son allocution de constater que le budget a été exécuté dans de bonnes conditions avec un taux d’engagement de 95,7% et d’ordonnancement de 95,4% grâce à une bonne maitrise des procédures sur toute la chaine de dépenses. 
Pour renseigner de l’ampleur des transactions, le ministre assisté par le directeur du budget, Maguette Niang, a expliqué qu’en terme de nombre, pour cette année ce n’est pas moins de 88 000 bons d’engagement qui ont été émis et pris en charge à 97,85%.
Autre avancée dans l’exécution budgétaire est à voir dans la déconcentration de l’ordonnancement des dépenses qui, renseignent les experts financiers de l’État, est devenue un processus totalement maîtrisé tant au niveau central qu’au niveau déconcentré comme le confirment les évaluations qui ont été faites en cours d’année.
Par ailleurs, des difficultés liées aux effets de la crises russo-ukrénienne, de la Covid-19 et de l’ensemble des mesures de subventions de l’État pour lutter contre la cherté de la vie ont subsisté et seront pris en compte pour un prolongement dans l’exécution budgétaire de l’année 2023.
Arrêté à 6411,5 milliards FCFA, le budget de l’année en cours est bâti à partir d’hypothèses de reprise progressive de l’activité économique avec comme fait majeur l’exploitation des ressources d’hydrocarbures qui devra avoir un impact sur la croissance économique attendu à 10,1 % contre 4,8% en 2022. Pour la gestion budgétaire 2023, c’est donc moins de 550 milliards FCFA qui est prévu pour faire face au renchérissement. 450 milliards sont alloués à l’énergie et 100 milliards pour soutenir les ménages, le renforcement de la politique d’équité sociale et territoriale. Les grands marqueurs sociaux, notamment  Promoville, Pudc, Cmu, Puma seront poursuivis de même que la consolidation des mesures de revalorisation salariale avec un montant de plus de 236 milliards FCFA. Ainsi pour réussir le pari, les autorités en charge des finances et du budget, notamment le ministre Moustapha Ba et le directeur du budget, Maguette Niang ont appelé à plus de vigilance pour anticiper sur les dépenses. L’accent sera mis sur un renforcement du contrôle interne budgétaire et la planification infra annuelle des dépenses à exécuter.
Mardi 17 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :