Football / Drame du stade Demba Diop : Le collectif des victimes refuse que leur club, le stade de Mbour, joue contre l'US Ouakam...


Pour le collectif des victimes du stade de Mbour, il n'est pas question de rejouer contre l'US Ouakam ce lundi (16h30) pour la première journée de Ligue 2, tant que les responsables liés au drame de 2017 n'auront pas été clairement identifiés et sanctionnés. Un peu plus de 4 ans (15 juillet 2017 - 15 juillet 2021) après le terrible drame qui avait coûté la vie à huit mbourois, suite à des échauffourées suivies d'un mouvement de foule qui avait provoqué l'effondrement d'un partie de la tribune, lors de la finale de la Coupe de la Ligue qui opposait le stade de Mbour à l'Union sportive de Ouakam, la douleur reste encore vive.

Difficile d'imaginer comment  les supporters Mbourois vont accueillir l'équipe adverse au stade Fodé Wade (Mbour) si toutefois la ligue Sénégalaise de Football Professionnelle ne prenait pas les devants dans ce dossier aux allures de bombe à retardement.

En effet, après avoir vu leur club invité par l'US Ouakam à jouer une sorte de match de football de réconciliation, le collectif des victimes du stade de Mbour s'est fendu d'un communiqué pour dénoncer : " Un manque de respect doublé d'un manque d'humanisme" tout en réclamant que toute la lumière soit faite sur cette affaire.

"Ça ne fait pas l'ombre d'un doute, les preuves sont accablantes, l'affaire est évidente. Un crime qui a pu blesser l'optimisme et a brutalisé les consciences, non pas tant en raison de sa cruauté, qui n'est pas sans précédent, mais parcequ'il était absurde, sans principe, sans fondement, en dehors de toute logique sportive, encore moins défaitiste", a fustigé le collectif.

Poursuivant, ils expliquent pourquoi cette main tendue des Ouakamois n'a pas été acceptée : "Comment comprendre qu'un acte qui a blessé les états forts de la conscience commune, puisse rester aussi longtemps sans avoir connu, un rebondissement qui ferait taire, tant bien que mal, l'ébullition d'un chagrin, enfoui en nous ?
Alors vous les responsables du Stade de Mbour, si vous n'êtes pas intrigués par cet état de fait, merci de bien vouloir éviter de vous ridiculiser à nos yeux. Votre invitation est inopportune, dénudée de sens et s'apparente aussi bien à un manque de respect notoire qu'un manque d'humanisme."

Pourtant, quelques temps auprès le drame, une dizaine de personnes avait été inculpée, dont un joueur de l'Uso et le président des supporters du club Ouakamois. S'ensuivront une série de relaxations suite à des demandes de liberté provisoire. Suffisant pour laisser la plaie encore béante.  "Au stade actuel de la procédure, accepter d'assister à une confrontation footballistique, opposant le Stade de Mbour à l'Union Sportive de Ouakam (l'USO), pour quelque motif que ce soit, signifierait pour nous, une insulte pour la mémoire de nos martyrs, à la limite une décriminalisation du drame voire sa banalisation. On le refuse ! Aucune réconciliation n'a été précédée par le mensonge et l'injustice ! D'abord, il faut que justice se fasse !"

Si les dirigeants du club semblent être disposés à mettre de l'eau dans leur vin, le communiqué rendu public par le Collectif des victimes laisse croire le contraire. "D'ailleurs, une parade ne convainc guère ! Le droit de punir que nous réclamons, ne saurait être fondé sur la vengeance sociale ou sur l'expiation de ce mal qui agit sur l'âme, mais plutôt sur l'idée qu'une infraction doit être incriminée parce que sa répression est à la fois utile à la société et moralement juste pour ceux qui l'ont commise."

Toujours dans ce dossier, l'Union sportive de Ouakam, avait été dans un premier temps suspendue pour 5 ans par la commission de discipline de la Ligue de football sénégalaise en plus d'une amende d'une amende de 10 millions de francs CFA.

L'affaire avait fini au tribunal arbitral du sport (TAS) suite à un recours des Ouakamois. Ces derniers finiront par avoir gain de cause. En décembre 2017, Me François Klein, à l'époque, l'arbitre unique en charge du dossier, avez jugé que "l'USO n'était que partiellement responsable des incidents survenus lors de la finale." Ce qui n'a pas arrangé la situation entre les deux clubs...
Lundi 22 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :