Flagrants délits : Pour injures à l’endroit d’un préfet, 6 mécaniciens et un conseiller municipal se retrouvent en prison.


Flagrants délits : Pour injures à l’endroit d’un préfet, 6 mécaniciens et un conseiller municipal se retrouvent en prison.

Tous mécaniciens à Hann village excepté Mamadou Diop qui est conseiller municipal, les 7 prévenus que sont Yally Diop, Ahmed Bachir Chawir, Moustapha C. Ndiaye, Ibrahima Fall, Youssoupha Diop et Mame Balla Ndiaye ont été attraits, ce 21 février, à la barre du tribunal des flagrants délits pour répondre des délits de participation à une manifestation non autorisée et outrage à agent dans l’exercice de sa fonction retenu contre le dernier cité.

 

Les faits remontent entre le 15 et le 16 février derniers, période à laquelle les prévenus déguerpis de leur lieu de travail cherchaient urgemment à rencontrer le préfet de l’arrondissement de Grand-Dakar pour lui exposer leurs doléances sur ledit site où ils exercent leurs activités depuis 2002. Chassés des lieux par la gendarmerie après une sommation, ces derniers contestaient la récupération du site par un tiers avant de rencontrer le sous-préfet, Mamadou Mbacké Fall qui les a orientés auprès du préfet de l’arrondissement.

 

Avec l’aide du conseiller municipal Mamadou Diop qui jouait dans cette affaire les bon offices, les mis en cause sont allés à la préfecture compétente dans leur localité pour espérer rencontrer le maitre des lieux, mais ils prendront leur mal en patience. Sur place, ils auront attendu de 8h à 14h sans voir l’autorité. L’ayant aperçu sortir pour aller vaquer à ses obligations, les contestataires ont voulu s’adresser à ce dernier qui ne leur a pas offert cette faveur. Mécontents de la démarche, un des membres du groupe aurait prononcé des paroles désobligeantes à l’endroit du préfet. Selon le procès verbal d’enquête, le préfet aurait été même injurié par un individu qui disparaîtra aussitôt, mais le groupe sera interpellé par un policier qui montait la garde à la préfecture. Mame Balla Ndiaye qui tentait de prendre la défense de cette dernière va essuyer une gifle du policier en question avant d’être embarqué. Par solidarité, ses camarades mécaniciens se sont déplacés au commissariat de Grand-Dakar et seront arrêtés par la même occasion. 

 

Devant la barre, les mis en cause ont tenté bien que mal de nier les faits pour lesquels ils sont poursuivis.

« Après notre déguerpissement, nous avons saisi le sous-préfet qui nous a recommandé d’aller voir le préfet et quand on est parti à la préfecture celui-ci a refusé de nous recevoir », a expliqué Ahmed Bachir Chawir qui soutient n’avoir jamais participé à une manifestation non autorisée.

 

« En ma qualité de conseiller municipal, j’ai agi pour les assister. Il n’y a jamais eu de manifestation. Nous sommes venus le lundi on nous a dit que le préfet a un deuil. Nous sommes retournés le mardi et nous avons attendu longtemps sur place. Quand nous avons rencontré le sous-préfet, il a lui-même appelé le préfet avant de nous demander d’aller le voir », a expliqué Mamadou Diop.

 

Pour sa part Mame Balla Ndiaye poursuivi pour un double délit, a été invité par le juge à clarifier son implication sur l’outrage à agent dans l’exercice de sa fonction.

« J’ai été giflé par le policier qui est venu nous tenir des propos irrespectueux. Il est intervenu pour nous dire qu’on n'avait pas le droit de parler ainsi au préfet, j’ai répliqué pour lui faire savoir que nous étions venus échanger et que nous avions passé toute la journée sur place. C’est ainsi qu’il m’a giflé avant d’appeler ses camarades qui sont venus me transporter au commissariat », a-t-il déclaré.

Dans son interrogatoire, le prévenu a nié avoir tenu des propos déplacés à l’endroit du policier.

« Celui qui a tenu des propos injurieux n’est pas resté sur les lieux. C’est le policier lui-même qui a injurié et j’ai tout bonnement répliqué », dira-t-il.

 

Dans son réquisitoire, le maitre des poursuites a invité la juridiction à une application de la loi pénale et a requis 6 mois d’emprisonnement assorti de sursis.

 

Pour la défense, les prévenus n’ont commis aucune faute.

« Depuis 20 ans, ces mécaniciens sont sur ce site et tout Dakar les connait, ils ont été, nuitamment, déménagé. Ce sont des gens corrects. Ils étaient très inquiets quant à leur sort, c’est ce qui les a poussés à provoquer une rencontre avec le préfet par le biais du sous-préfet qui était très sensible à leur problème », a confié leur conseil. 

Selon ce dernier, il n’y a jamais eu de manifestation à la préfecture.

« Ce sont des gens pacifiques. Je suis étonné d’entendre le parquet, d’ailleurs, requérir le sursis contre eux », a-t-il poursuivi avant de plaider pour la relaxe du groupe. Pour le cas de Mame Balla Ndiaye,  il a incité la cour à une application bienveillante de la loi pénale.

 

Dans son verdict, le juge du tribunal a relaxé les prévenus pour manifestation non autorisée et a déclaré coupable Mame Balla Ndiaye pour outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions et l’a condamné à 3 mois avec sursis.

 

 
 
Mardi 22 Février 2022
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :