Escroquerie : Madame Mbacké née Maty Sarr avait créé un groupe WhatsApp pour dépouiller des commerçantes.

Née en 1990 à Touba, la dame Maty Sarr alias Madame Mbacké a été traduite ce vendredi 30 juillet devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre des actes d'escroquerie portant sur une somme de 26 millions de francs Cfa au préjudice de 15 femmes commerçantes.


Escroquerie :  Madame Mbacké née Maty Sarr avait créé un groupe WhatsApp pour dépouiller des commerçantes.
Il ressort des débats d'audience que la nommée Maty Sarr a été arrêtée suite à une plainte déposée des commerçantes qui lui avaient confié leur argent pour des commandes de tissus en direction de la Tabaski.

En effet, la prévenue Maty Sarr avait créé un groupe WhatsApp intitulé "Usine 2" à côté d'un autre groupe WhatsApp "Usine 1" créé par une certaine Khadidiatou Aïdara dans lequel elle et les plaignantes étaient membres. 

Pour appâter ses proies, elle envoyait des annonces de vente de tissus Geztner et "Noblesse" à des prix imbattables. Une situation qui a attiré les victimes qui ont tenté de la contacter. Ainsi, elle leur faisait croire qu'elle avait des fournisseurs à Dubaï et en Autriche. Et que ces derniers pouvaient lui acheter les tissus directement à l'usine. 

Maty Ndoye, l'une des victimes reviendra sur les faits. "Je fais partie de son groupe WhatsApp. Et elle m'a, une fois, vendu des draps. Je lui ai remis une somme 986 500 francs Cfa. Elle m'avait dit que les tissus provenaient de Dubaï. Par la suite, elle m'a dit que les tissus se trouvent en Gambie. Ndèye Marie Ba, a elle aussi subi le même sort. Elle a été grugée de 6,4 millions de francs Cfa pour des tissus "Geztner" venant d'Autriche. Fatoumata Sognane, quant à elle, lui a remis 5, 372 millions pour des tissus Geztner, etc... 

Interrogée sur les faits, la dame Maty Sarr souligne qu'elle avait effectué les commandes des tissus "Noblesse" chez la dame Khadijatou Aïdara. Par contre,  les commandes de Geztner ont été faites auprès d'une dame dénommée Marie qui était au Cameroun. "La dame m'avait donné des délais qu'elle n'a pas respectés. J'ai même entendu son arrestation au Cameroun," confie t-elle. 

La défense de la partie civile réclame un remboursement des sommes dues plus un montant de 500 000 francs pour dommages et intérêts à chaque plaignante. Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public la déclare coupable d'escroquerie et demande sa condamnation à 2 ans d'emprisonnement dont 6 mois ferme. Selon la défense, la mise en cause, Madame Mbacké, est elle-même victime parce qu'elle a été trompée. C'est pourquoi, il demandera une application bienveillante de la loi. 

Finalement, l'affaire a été mise en délibéré jusqu'au 05 août prochain...
Samedi 31 Juillet 2021
Dakaractu




1.Posté par Anta fall le 31/07/2021 18:19
Vraiment elle ns a porté un grand préjudice

Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :