Education : Quel statut juridique pour les écoles sénégalaises de Gambie?


En Gambie, les écoles sénégalaises sont à la limite assimilées à des écoles panafricaines. On y trouve presque la représentation de toutes nos langues parlées. Au-delà des Mauritaniens, des maliens ainsi que nos voisins de la  Guinée Conakry qui y envoient leurs enfants, les établissements scolaires sénégalais en Gambie accueillent également des ghanéens, des nigérians, des Bissau guinéens entre autres pays de nationalité non francophone. Un lourd fardeau donc pour les enseignants sénégalais qui officient dans ces établissements. Toutefois, force  est de reconnaitre que la situation de nos compatriotes enseignant en Gambie n'est pas des meilleures du fait du statut des écoles sénégalais au pays de Adama Barrow. D'abord, il faut retenir que les écoles sénégalaises en Gambie existent depuis des décennies. A l'époque c'était le  ministère des affaires étrangères qui avait en charge la gestion de ces établissements. Le  recrutement des enseignants appelés "expatriés"  n'obéissait à aucune règle qui auraient été été établies par une loi. Ces établissements seront par la suite fermées avec le plan Sakho/Loum, avant d'être réouvertes par les parents d'élèves qui voulaient assurer à leurs enfants une éducation de qualité. A l'heure actuelle, tout le personnel des écoles et du lycée sénégalais de Gambie sont des contractuels, y compris les directeurs, censeurs et proviseurs. Sur le traitement salarial, les contractuels sénégalais officiant dans les écoles sénégalaises de Gambie reçoivent moins de 130 mille francs alors que leurs collègues sénégalais en sont à 150 mille environ. Et ce n'est pas tout, ces enseignants ne disposent pas de plan de carrière comme leur collègues du Sénégal. Avant la période couvrant les années 1992-1993,  les contractuels sénégalais appelés" expatriés" qui officiaient dans les écoles sénégalaises de la Gambie voisine avaient un salaire 3 fois supérieur à ceux qu'ils perçoivent de nos jours. Ce qui motivait d'ailleurs bon nombre d'enseignants à déployer leurs tentacules en Gambie. Aujourd'hui ils sont  28 enseignants au total en plus du personnel administratif, à demander un meilleur statut juridique pour l'établissement. Une requête qui a d'ailleurs motivé la visite du ministre en charge de l'éducation en Gambie. Serigne Mbaye Thiam qui se dit sensible à cette situation, déclare que cette question est désormais son affaire personnelle. " Je veux que les écoles sénégalaises de Gambie soient érigées en école publique d'enseignement du Sénégal ", déclare Serigne Mbaye Thiam. Une nouvelle qui constitue une source d'encouragement pour ces enseignants qui s'évertuent nuit et jour à donner un enseignement de qualité aux pensionnaires de ces établissements...
Lundi 25 Juin 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :