ENTRETIEN AVEC… Pr Khadiyatoulah Fall, co-directeur du Centre interuniversitaire et interdisciplinaire Celat au Québec : «La question sécuritaire doit être un thème au cœur des débats de la Présidentielle de 2019»

Titulaire de Chaire de recherches Cerii et co-directeur du Centre interuniversitaire et interdisciplinaire Celat au Québec, le Professeur Khadiyatoulah Fall est d’avis que l’enjeu sécuritaire et la lutte contre le terrorisme doivent faire partie des thèmes au cœur du débat de l’élection présidentielle de 2019. Dans cet entretien, il demeure aussi persuadé que la justice doit être ferme devant le terrorisme jihadiste.


Professeur, dans un entretien que vous nous aviez accordé il y a bientôt deux ans, vous indiquiez les menaces potentielles du terrorisme pour un pays comme le Sénégal alors que l’Etat islamique subissait de lourdes pertes militaires en Syrie. Quelle analyse faites-vous des procès de nos compatriotes accusés, soit de complicité avec des groupes terroristes, soit d’apologie du terrorisme, soit d’avoir carrément fomenté des projets terroristes ?

Nous découvrons, à travers les propos des accusés, qu’il était en train de se construire dans notre pays un réseau peut-être réduit, mais inquiétant, de Sénégalais de souche, connectés à la nébuleuse jihadiste transnationale. Les récits des événements qui détaillent des mouvements d’idées, d’argent et de personnes, les mouvements hors frontières des accusés, leurs connexions, leurs entraînements au maniement des armes, tout cela donne froid dans le dos. Avec les révélations de ce procès, il semble se confirmer que le terrorisme jihadiste peut constituer, de l’intérieur, un danger pour la sécurité du Sénégal. Croire que notre pays est imperméable parce que son islam, majoritairement soufi, est un islam modéré, tolérant, pacifique, semble désormais relever davantage d’une image d’Epinal.

A vous entendre, il doit y avoir un avant et un après «affaire imam Ndao et co-accusés». Comment voyez-vous la suite ?

La présomption d’innocence qui est due aux accusés doit être respectée. C’est dire que l’on ne pourra tirer toutes les leçons de cette affaire que lorsque le verdict sera prononcé. L’on peut d’ores et déjà souhaiter que si certains parmi eux s’avèrent, au bout du procès, coupables par implication, association, menace ou financement, la condamnation devra être à la hauteur de la gravité de l’affaire, c’est-à-dire exemplaire. Face au terrorisme jihadiste, la main de la justice ne doit pas trembler. Il est impératif de montrer que la radicalisation menant à la violence est coûteuse pour tout jihadiste ou tout prétendant au jihadisme.

Ibrahima Ly a été récemment condamné à 15 ans de prison assortis de travaux forcés. L’emprisonnement à des peines lourdes serait-il le bon remède contre le terrorisme jihadiste ?

Le b.a.-ba de la dissuasion, c’est de faire en sorte que ceux qui, en toute objectivité, sont trouvés coupables aillent pour longtemps en prison. Cependant, les recherches montrent que les prisons peuvent être des lieux d’endoctrinement d’autres incarcérés ; d’où la nécessité de suivre les jihadistes emprisonnés pour surveiller l’offre d’islam qu’ils peuvent véhiculer dans les prisons, surtout auprès d’autres prisonniers, souvent des jeunes révoltés et fortement fragilisés. Il ne faut cependant pas s’enfermer dans une représentation figée de ces coupables qui en ferait des «irrécupérables» de la République, imperméables à tout désengagement, à tout renoncement à la violence et à l’idéologie rigoriste. On a vu en Malaisie, en Algérie, au Maroc, au Danemark, en Grande Bretagne des modèles réussis de réinsertion sociale de jihadistes ou de radicalisés qui aujourd’hui rejettent publiquement toute idéologie de violence extrémiste au nom de la religion.
Mais indubitablement, la victoire contre le terrorisme, surtout chez les jeunes, va découler de politiques économiques, sociales et éducatives qui épousent leurs aspirations pour un avenir meilleur. L’appel aux contre-discours, aux contre-narratifs pour rejeter les offres d’islam jihadiste sera sans effet si les inégalités sociales et la panne de l’ascenseur social demeurent. C’est l’actualisation véritable d’une politique économique et sociale qui consacre l’émergence qui éloignera définitivement de l’angoisse d’un avenir en perdition.

Vous avez parlé de ce qui est attendu de la justice. Que doit-on attendre des pouvoirs publics au chef desquels le président de la République ?

Permettez-moi de faire ici deux remarques. Ma première est que lors de l’élection présidentielle de février 2019, l’enjeu sécuritaire et la lutte contre le terrorisme doivent faire partie des thèmes au cœur du débat. A partir du moment où le terrorisme en Afrique ne démord pas, il nous faut débattre pour savoir quel leader de fermeté, d’expérience et de diplomatie est à même d’aider le pays à parer à toute éventualité. Lequel des candidats semble porter la plus forte détermination à relever le défi. Qui, parmi eux, véhicule davantage une volonté ambitieuse de doter nos forces de défense et nos services d’intelligence sécuritaire des outils, des alliances stratégiques et diplomatiques ainsi que de la formation nécessaires pour faire face à de tels risques.

Ma seconde remarque est que d’ici là, le Président Macky Sall doit sentir, face à ce défi collectif, un soutien allant au-delà des clivages, qu’ils soient politiques, religieux, confrériques ou autres. Au moment où nous voyons les Etats africains faillir l’un après l’autre devant les milices jihadistes et le banditisme, n’avons-nous pas besoin d’une union sacrée autour de l’Exécutif ? L’attaque terroriste de ce samedi 14 avril 2018 à Tombouctou dans les camps de Barkhane et de la Minusma ainsi que la stratégie utilisée par les auteurs ne rappellent-elles pas le caractère perfide et brutal d’un danger contre lequel nul n’est totalement à l’abri ?

Vous avez évoqué les questions d’intelligence et de sécurité. Comment percevez-vous l’action de nos forces sur cette affaire ?

Tous les services concernés par la sécurité de notre pays semblent avoir été efficaces et cela nous indique qu’une expertise de surveillance et de prévention existe bien au Sénégal. L’intégration toute récente du Sénégal au projet Gar-Si est d’ailleurs une reconnaissance de l’expertise sénégalaise dans le dispositif anti-terroriste dans le Sahel. De plus, il semble que les enquêtes ont été menées avec discrétion et rigueur sans créer la panique dans la population. Jusqu’ici, le procès indique que le ministère de la Justice n’a pas pris à la légère ce dossier et que les accusations sont bien étouffées. Ces précautions étaient nécessaires afin que la population, sur un dossier d’une grande sensibilité, comprenne bien que ce sont des Sénégalais en relation avec des groupes qui tuent, qui commettent des enlèvements d’enfants et qui déstabilisent des pays voisins. Ce sont ces individus dont les comportements menacent la paix et la stabilité intérieures qui sont au banc des accusés. Cette lecture doit être claire afin que la population situe bien le rôle de l’Etat dans ce dossier : il ne s’agit pas pour lui de réglementer la conscience religieuse des individus, mais plutôt de s’attaquer au terrorisme et de veiller à la sécurité du territoire, son intégrité, la protection des biens et des citoyens. Il y a nécessité à bien s’entendre. C’est le terrorisme et la radicalisation menant à la violence qui sont accusés et non l’islam.

Le Quotidien
 
Samedi 21 Avril 2018
Le Quotidien



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :