EFFETS DU MAGAL TOUBA À KOLDA : Activités économiques au ralenti, manque de véhicules de transport, rues désertes…


À l’image des autres villes du Sénégal, Kolda n’a pas été épargnée par l’effet du magal de Touba. En effet, la ville est presque déserte, avec un manque de véhicules de transport et une activité économique au ralenti. Dakaractu a fait un tour dans la ville pour faire le point à un jour du grand magal de Touba 2019.

Aissatou A. venue faire ses achats au marché central : « depuis, le matin je cherche à acheter des effets, mais je n’arrive pas à compléter mes affaires. Et ceci est dû aux effets du magal m’aurait-on dit. La rue dite baol-baol est presque déserte, d’habitude c’est dans cette rue que j’achète mes objets sans me déplacer beaucoup. Je vois que toutes les boutiques où j’achetais sont fermées, ils sont tous partis à Touba. Je vais devoir prendre mon mal en patience en attendant leur retour du magal », souligne-t-elle.

Un tour à la gare routière où nous avons trouvé Moussa S. vendeur, assis sur un banc : « la gare routière est presque vide car tous les véhicules sont à Touba et il y’a peu de clients. Notre chiffre d’affaires est au ralenti, je ne vends presque pas. Les voyageurs se font rares et j’aurais appris que certains auraient choisi d’attendre l’après magal pour voyager. Toutes les cantines occupées par les « talibés » mourides sont fermées à cause de l’événement. Surtout du côté des vendeurs-ambulants de friperie on n’en voit que rarement. Je pense que la situation devrait revenir à la normale après le magal » espère -t-il.

Les cantines de vente de portables et accessoires sont presque fermées car leurs occupants sont la plupart mourides et sont partis du coup au magal.

Ousmane K. rencontré à la station du centre-ville explique : « je voudrais voyager, mais je n’ai pas eu de véhicule. Et les 2 ou 3 véhicules que j’ai vus sont pleins et les chauffeurs m’ont demandé le double du prix initial. Donc, je prends mon mal en patience et certains profitent de cette situation pour faire flamber les prix. Je patiente depuis 4 h d’horloge, j’ai une urgence à régler à Kédougou et les véhicules que j’ai vus vont tous à Touba », explique-t-il...
Jeudi 17 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :