Drame à la Rue Thiong : le malade mental Khassimou Ba assène plusieurs coups de couteau à son ami et le brûle vif.

Les habitants de la Rue Thiong de Dakar se sont réveillés dans la consternation avec le drame survenu dans une des maisons du quartier. En effet, atteint de troubles mentaux, Khassimou Ba a tué de plusieurs coups de couteau le menuisier Moussa Ciss, âge de 60 ans, avant de le brûler vif. Le mis en cause a été arrêté, et actuellement placé en garde à vue au commissariat du Plateau.


Selon nos confrères du journal l’observateur, l’image renvoie à un tas de charbon. Vue de près, elle se précise. Un crâne, deux cavités d’yeux, des dents et un semblant de vertèbres.

Des indices, prouvant la présence d’un corps humain sur le lieu, devenu de « crime », cette découverte macabre, faite hier mercredi matin dans une de ces maisons abandonnées de la Rue Thiong de Dakar, a fait le tour de la capitale sénégalaise. Moussa Ciss a été tué par Khassimou Ba, malade mental connu des services de la police du Plateau.

En fait, dans la nuit du mardi 1er au mercredi 02 mars 2022, couteau à la main, Khassimou Ba a menacé les membres de sa famille. Dans cette maison, squattée par des occupants dont certains n’ont aucun lien de sang, une relation fraternelle est née. Cette nuit-là, alors qu’ils étaient plongés dans les bras de Morphée, leur quiétude est perturbée par des cris. Khassimou Ba les abreuve d’insultes, cogne à la porte, menaçant de tous les tuer.

L’homme, d’une trentaine d’années, dont la force semblait se décupler à chacune de ces crises, tambourine et heurte la porte qu’il secoue violemment et la défonce. Ses frères de circonstance, le voyant avec un couteau à la main, se sauvèrent. Certains, à travers les fenêtres, réussissent à filer loin, très loin de cette maison. Même son père a fui. La victime Moussa Ciss, la soixante, avait aussi pris la tangente seulement, étant celui qui savait calmer le malade mental, il est revenu pour le tranquilliser. Cette fois-ci, la chance des temps passés l’aura trahi. Si avant, il avait la magie de maîtriser le malade mental en le convainquant de prendre ses médicaments, cette fois, Khassimou Ba ne s’est pas laissé amadouer. Puis, il lui assène plusieurs coups de couteau avant de le brûler vif.

L’homme, qui ne jouit pas de ses facultés mentales, a fait pleuvoir ses coups de couteau au thorax et à l’abdomen de la victime avant de lui fracasser le crâne. Le dernier acte posé, il couvre son protecteur d’habits et de morceaux de bois avant de le brûler vif. Une fin tragique pour Moussa Ciss, ce menuisier de 60 ans, marié dont la famille serait dans une localité à l'intérieur du pays. Son corps carbonisé par les flammes, les autres membres de la famille ne pouvaient imaginer que c’était lui qui était derrière cet amas noirâtre. Alors qu’ils avaient tous fui la maison durant la nuit, ils sont revenus le lendemain pour récupérer leurs bagages. N’ayant vu aucune trace de Moussa Ciss, ils ont alerté la police. Ainsi que les sapeurs-pompiers qui, après une première fouille sans trouver le corps, ont fini par découvrir ce qui restait de la dépouille de Moussa Ciss. La police, informée vers 08 heures, a mis Khassimou Ba aux arrêts avant 9 heures.

L’homme s’est opposé à son arrestation. Avec un couteau, il a fait face aux flics en menaçant de les tuer si jamais ils s'approchent de lui. Il a fallu qu’un des limiers le surprenne par derrière pour qu’il soit désarmé et arrêté. Connu des services de la police de Dakar Plateau, le mis en cause y est actuellement en garde à vue. Très agité, il a fallu le maîtriser pour éviter qu’il ne s’attaque aux limiers d’ailleurs, la commissaire et ses hommes ont eu à intervenir à plusieurs reprises le concernant.

A chaque fois, il menaçait de tuer les autres membres de la maison. Et une fois, son père a appelé pour qu’il soit interpellé. Mais, le jeune homme, armé de trois couteaux, a fait face aux policiers qui, munis d’un arrêté d’internement, étaient venus le prendre. Seulement, cette fois, un homme a perdu la vie... 
Jeudi 3 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :