Discours politique musclé : Alioune Tine alerte sur « un risque sérieux d’instabilité politique, institutionnelle et sécuritaire »


Face au contexte politique un peu tendu avec des discours va-t-en guerre de part et d'autre, le membre de la société civile sénégalaise, par ailleurs, président de Afrika Jom center, Alioune Tine, alerte sur les risques réels que ces genres de comportement pourraient engendrer dans le pays. 
« Le Sénégal traverse une période charnière de son histoire politique, économique et sociale, avec la découverte du pétrole et du gaz, une manne qui pourrait constituer la promesse de prospérité, d’une vie meilleure et une bénédiction pour les populations. Mais paradoxalement, dans ce contexte, il est déplorable que les divisions de la classe politique prennent le pas sur l’intérêt national. On assiste à une exacerbation des enjeux de pouvoir qui, si on n'y prend garde, ce climat de tension et de suspicion permanentes risque de constituer une malédiction et un sérieux facteur d’instabilité et de vulnérabilité politique, institutionnelle et sécuritaire », a alerté Alioune Tine.
 
Le membre de la société civile note pour le regretter : « aujourd’hui, la transformation et la manipulation politique d’une affaire de mœurs en un enjeu de pouvoir sans précédent dans l’histoire du Sénégal, risque de créer des affrontements, des tensions et des violences politiques dont il est difficile de mesurer le développement et les conséquences pour la stabilité et la sécurité du pays. Du côté du pouvoir politique en place, toutes les dispositions ont été prises pour renforcer les moyens matériels et humains des forces de défense et de sécurité, du côté de l’opposition et du leader Ousmane Sonko, on assiste à une mobilisation sans précédent des militants constitués en majorité de jeunes pour engager la bataille de la rue : refus de se rendre à la justice et appel à la résistance. Cette situation exprime plus que tout, reflète les graves et sérieux dysfonctionnements de la démocratie sénégalaise, malade de la politique politicienne. »
 
À cet effet, Alioune Tine « met en garde le pouvoir et l’opposition sur les conséquences tragiques que pourrait avoir un tel affrontement sur le plan des droits fondamentaux de l’homme, sur la démocratie et sur la stabilité et la sécurité qui pendant longtemps ont constitué les traits distinctifs du Sénégal et font notre fierté a tous; 
 
Lance un appel solennel au Président Macky Sall pour qu’il crée rapidement les conditions d’un dialogue réel avec l’opposition pour une sortie pacifique de cette grave crise politique profonde que traverse le Sénégal à l’heure actuelle; Lance aussi un appel solennel à Ousmane Sonko, Président de Pastef, pour surseoir et bannir tout appel à l’insurrection et à privilégier le dialogue politique franc et sincère pour éviter de précipiter l’effondrement des institutions publiques,  l’affrontement qui mènera au chaos; 
 
Rappelle que même en état de guerre, les ennemis se parlent, il n'y a aucune raison pour que l’opposition et le pouvoir ne s’assoient pas périodiquement, comme cela est fait dans bien d’autres pays de notre région, pour parler de leurs différences et de ce qu’ils partagent ensemble : le Sénégal et les sénégalais dont ils proclament tous vouloir chercher leur bonheur ;
 
Sollicite l’intervention des Khalifes généraux, des leaders de la société civile, des médias et de l’intelligentsia pour éviter l’explosion d’une violence politique susceptible de laisser des traces profondes sur le vivre ensemble et le respect et la confiance en less institutions publiques, ciment de notre contrat social démocratique ;
 
Demande aux organisations des droits de l’homme et a la Croix Rouge Internationale (CICR) de se pencher sur le sort des personnalités et lanceurs d’alerte qui ont subit des pressions de la part du pouvoir en place, allant même jusqu’à des arrestations, pour s’assurer que les principes de l’état de droit restent entièrement respectés ; 
 
Invite la Commission politique, de la paix et de la sécurité de la Cedeao et de l’Union Africaine à dépêcher des délégations pour se rendre immédiatement à Dakar dans le cadre de leurs responsabilités institutionnelles dans la prévention des crises, pour anticiper toute crise qui pourrait s’ajouter aux crises complexes qui aujourd’hui menacent la survie de certains pays de la Cedeao pour rencontrer les parties prenantes sénégalaises et les aider à trouver un terrain d’entente ;
 
Demande à la CPI de surveiller la réponse sécuritaire qui sera donnée à cette crise politique, situation politique qui se dégrade de jour en jourpolitique au Sénégal et qui pourrait notamment donner lieu à l’explosion de la violence ;
 
Demande également à l’Unowas, l’Union Européenne, les États-Unis et tout autre État partenaire et ami du Sénégal à activer leurs leviers de la diplomatie préventive pour aider le dialogue politique au Sénégal... »
Lundi 23 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :