Confidences de Safiatou Sané, habitante du village de reclassement des lépreux de Kolda : « Le lotissement de notre village de reclassement nous a tous traumatisés... J’interpelle Macky Sall en personne pour qu'il nous vienne en aide… »


L’ex village de reclassement construit pour soigner les lépreux fait aujourd’hui l’objet de convoitises et tiraillements après son lotissement. Les guéris de la lèpre se sont vu attribuer le village par l’État à travers l’arrêté ministériel du 16-42 du 21 février 2011. Mais d’après ces derniers, ils sont victimes d’une injustice dans le lotissement de leur village. Conscients de l’enjeu, ils sont déterminés aujourd’hui avec des organisations de la société civile à défendre leurs droits. 

Safiatou Sané, guerie de la lèpre et âgée de plus de soixante ans, s’est confiée à Dakaractu/Kolda sur le calvaire qu'ils vivent suite au lotissement qu’ils jugent anormal. « le lotissement de notre village de reclassement nous a tous traumatisés car il n’est pas fait dans les règles de l’art. Les parcelles n’ont pas été attribuées aux ayants droit que nous sommes. Nous vivons ici plus depuis plus de trente ans et tous nos enfants y sont nés. On nous a attribué juste le périmètre occupé par les bâtiments construits pour le village de reclassement. Je partage ma chambre avec mes cinq enfants. Et ceci n’est pas normal. D’ailleurs, même nos quatre toilettes ont été récupérées et nous n’avons pas où nous soulager. Les malades de la trypano sont tous des démunis. Le constat est amer. On a construit jusque devant les portes de nos chambres. Pour satisfaire mes besoins, malgré mon âge avancé, je fais le linge pour des particuliers.  » 

Elle poursuit les larmes aux yeux : « mon mari est décédé et m’a laissé cinq enfants à entretenir. C’est pourquoi, j’interpelle Macky Sall en personne pour nous venir en aide. » 

A la suite des tiraillements récurrents concernant le foncier dans ce village, des organisations de la société civile comme le Forum Civil ont décidé de porter le combat aux côtés de ces populations. 

Moudjibou Rahmane Baldé, coordonnateur du Forum Civil, section de Kolda, de s’indigner en ces termes : « Il y a un réel problème du foncier au village de reclassement des lépreux. L’État a décidé à travers un arrêté ministériel 16-42 du 21 février 2011 de faire le lotissement du village pour distribuer les parcelles aux ayants droit à savoir les lépreux. Dans cet arrêté il est clairement établi que les parcelles allaient de 1 à 77 couvrant un espace de 260 à 300 mètres carrés. À notre grande surprise ce qui a été dit dans l’arrêté n’a pas été respecté sur le terrain. Lorsque le morcèlement a été fait il y a eu d’autres bénéficiaires (non nécessiteux) qui ne devaient pas figurer sur la liste. Comment ont-ils pu acquérir des parcelles ? On ne sait pas. C’est pourquoi, nous nous sommes levés pour dire qu’il faut respecter la loi. Aujourd’hui, les guéris de la lèpre sont cloisonnés dans leurs maisons. D’ailleurs certaines maisons se résument en « une seule chambre ». 

Dans la foulée, il met à nu certains faits : « récemment, il y a eu un tiraillement entre un propriétaire et les habitants du village qui a fini à la police. Nous voulons que les choses soient éclaircies. Il y’a des parcelles où on a mis gouvernance, mairie, préfecture mais nous voulons savoir qui est derrière ces derniers. Nous allons travailler avec tous les acteurs pour défendre ces lépreux (nécessiteux) pour les faire rentrer dans leurs droits. Nous n’allons pas nous laisser divertir par ce problème foncier… » 
Dimanche 27 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :