Chronologie de l’affaire « Dieyna » : Comment Diop Iseg est passé de plaignant pour diffusion de données à caractère personnelle, à prévenu de détournement de mineure.

Mamadou Diop, directeur de l'Iseg, a été placé en garde à vue, dans la soirée du vendredi 6 mars dernier, à la Division de lutte contre la cybercriminalité, où il avait lui-même porté plainte pour collecte illicite de données et chantage contre sa présumée victime, Dieynaba Baldé, son frère Aly et sa copine demi-finaliste de « Sen Petit Gallé » en 2016, Abibatou Cissé alias « Bou ndaw ». Nous revenons dans cet article, sur cette semaine d'enquête aux multiples rebondissements.


Chronologie de l’affaire « Dieyna » : Comment Diop Iseg est passé de plaignant pour diffusion de données à caractère personnelle, à prévenu de détournement de mineure.

Trois plaintes déposées auprès de diverses entités de la gendarmerie et de la police

 

Moult soubresauts ont été relevés dans la présumée affaire de mœurs qui met aux prises la jeune chanteuse Dieynaba Baldé et Mamadou Diop, patron de l’Iseg. Trois plaintes distinctes ont été déposées par les différentes parties auprès de la gendarmerie et de la police. Exit la procédure pendante à la Brigade de gendarmerie de Ouakam, des enquêtes ont été ouvertes à la Brigade des mœurs de la Sûreté urbaine (S.U.) de Dakar et à la Division spéciale de cybercriminalité (Dsc).

 

Cette division cybersécurité, « a priori nullement compétente dans le traitement des faits de mœurs (détournement de mineure, viol suivi de grossesse) », selon le journal L’Observateur,  a finalement hérité de l’enquête à caractère sexuel sur la présumée affaire de mœurs. Même si les défenseurs des bonnes mœurs avaient eu l'occasion d'arrêter à temps le directeur de l'Iseg, sous le coup d’une plainte pour abus sexuel sur mineure ayant occasionné une grossesse.

 

Le choix de la Division de lutte contre la cybercriminalité

 

« Le choix de la Division de lutte contre la cybercriminalité, qui était très en avance dans l’enquête, a été fait pour centraliser et mener toute la procédure », confie une source de l’Obs. Et, il a été convenu de procéder à une jonction des différentes procédures. Ce qui a conduit au placement vendredi dernier en garde à vue de Mamadou Diop, à la suite de son audition à la division cybersécurité, qui dépend de la police judiciaire.

 

Les limiers de la Brigade des mœurs étaient donc dans l’obligation, jeudi dernier, d’attendre que leurs collègues de la cybercriminalité procèdent à la confrontation des parties, fixée le lendemain vendredi, pour ensuite procéder à l’audition de Mamadou Diop. Dans le même temps, nous apprend L’Observateur, les pandores de la Brigade de Ouakam s’affairaient eux aussi à donner corps à leur enquête.

 

Les éléments de preuves à charge ont conduit à l’arrestation du patron de l’Iseg, soumis à une mesure de garde à vue, pour le délit de détournement de mineure, en l’occurrence la jeune chanteuse Dieynaba Baldé, née officiellement le 20 février 2003. Sa garde à vue a pris fin ce mardi 10 mars 2020 à minuit.  

 

L’avenir de Diop Iseg entre les mains du procureur 

 

Le Pdg de l'Iseg a été finalement déféré pour cette affaire de présumé détournement de mineure suivi de grossesse.  Il va être présenté au procureur de la République dans l’après-midi. Sera-t-il placé sous mandat de dépôt ? Les prochaines heures nous édifieront.

 

En attendant, Dieynaba Baldé, son frère Ali et Abibatou Sy alias « Bou ndaw » ont été  libérés sans aucune charge, malgré des accusations de diffusion de données à caractère personnelle contre eux. Ils étaient sous le coup d'une plainte de Mamadou Diop pour collecte illicite de données.

 

L’affaire de mœurs secoue les réseaux sociaux depuis quelques jours. Chacun y va de son jugement. Le procureur tient l'avenir du directeur de l’Institut supérieur d’entrepreneurship et de gestion entre ses mains. Il  doit décider s'il suit les recommandations de la police et inculpe Diop Iseg pour présumé détournement de mineure suivi de grossesse.

 

 

Mercredi 11 Mars 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :