Catastrophe environnementale dans la commune de Gandon : les plantes aquatiques envahissantes polluent le marigot du NDiassew


Dans la zone de Mbenguene Boye, Thileu, Tougou et Mbenguene Peulh, les populations ont du mal à mener correctement des activités génératrices de revenus : les plantes aquatiques ont complètement envahi le plan d’eau jusqu’à obstruer les voies principales qu’empruntent les populations pour vaquer à leurs occupations au niveau de ces villages situés dans le département de Saint-Louis. Présentement, le marigot du NDiassew est fortement agressé par ces plantes sauvages rampantes  dont la croissance est extrêmement  rapide. Dans cette partie de Saint- Louis, un village historique  où le Roi Ndiadiane Ndiaye, selon des témoignages a fait son  apparition dans le fleuve,  les dégâts causés par les typhas et  autres plantes d’eaux douces  sont bien visibles  sur toute cette partie des trois marigots. Une situation, qui aujourd’hui,  rend impraticable ce petit bras du fleuve mais également   impacte beaucoup  sur le développement agricole au niveau de cette zone du Walo où des produits maraichers   comme la pastèque, la patate douce, l’oignon, et d’autres variétés horticoles sont cultivés par les populations  pour ravitailler le  marché local.

A en croire le chef de village de Mbenguene Boye, la traversée cause d’énormes problèmes aux populations car les axes sont coupés et le fleuve gagne en  profondeur. Selon lui, il n’y a presque aucune possibilité  pour traverser ce marigot dont la largeur ne dépasse  même pas cent mètres.

M. Boye de poursuivre pour dire que seul le ministre Mary Teuw Niane est venu à leur secours en mettant à la disposition des braves hommes et femmes de ce terroir un radeau fabriqué de façon artisanale pour soulager les habitants de cette partie de Saint-Louis qui perdent beaucoup de temps pour sortir de leurs localités.

Dans le même ordre d’idées,  Oumou  Fall, une ressortissante de la localité de souligner aussi que leurs enfants sont souvent     en retard à l’école du fait de ces difficultés pour regagner l’autre rive. C’est pourquoi, a-t-elle déclaré, beaucoup de  cas de déperditions scolaires sont enregistrés  dans leurs villages.

Les difficultés sont enregistrées au niveau des femmes en état de grossesse avancées  lorsqu’elles sont à terme et le plus souvent, elles perdent même la vie en cours de route ,  a- t –elle révélé  avant de remercier le ministre de l’enseignement supérieur pour son geste de haute portée humanitaire.

Présent à la cérémonie de mise en eau de cette  barque, le chef de cabinet Bamba Ka natif de cette zone a invité les autorités à tout mettre en œuvre pour atténuer les souffrances de ces braves femmes de développement. Mr Ka de  lancer un  vibrant appel au chef de l’Etat pour que  le PUDC puisse intervenir dans cette zone où le seuil de la pauvreté a atteint son paroxysme.

Une situation par rapport à laquelle les habitants de la commune de Gandon très affectées par ce phénomène des plantes rampantes pollueuses qui les empêchent  d’améliorer leur cadre vie invitent les pouvoirs publics à tout mettre en œuvre pour le démarrage d’un  programme de faucardage afin   que cette zone puisse retrouver son lustre d’antan.



Mardi 23 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :