BAIGNADES MORTELLES À TOUBA - Quand des enfants innocents se lâchent et se jettent dans les bras de Thanatos !


Elle ne reviendra plus jamais à Mbour vivante. Elle ne reviendra, tout simplement plus, puisqu’elle a été inhumée à Bakhiya en cette matinée du mardi. La petite Khady Guèye était à Touba juste pour passer les vacances. Elle a été repêchée dans un puits d’infiltration profond de quatre mètres au moins. C’est le destin ! Que dire aussi de ce jeune garçon sauvé in extremis par les sapeurs-pompiers à Keur Niang ?

Et comme s’il ne suffisait pas, trois autres garçons rendaient l’âme au terme d’une baignade  désespérée à Darou Rahmane. Sur ce cas précis, le nouveau préfet de Mbacké préfère ne pas « mêler » les inondations à ce drame. C’est astucieusement qu’il pointera du doigt la négligence des parents qui manquent de surveiller leurs enfants. Il était en point de presse dans les locaux de la sous-préfecture de Ndame. 

Ce qui fait froid dans le dos présentement à Touba, c’est que énormément de daara ont offert des quartiers libres à leurs ndongo - daara. Un nombre d’enfants important qui vient s’ajouter à ceux déjà au bercail avec la fermeture des écoles françaises. Ce qui fait que Touba est inondé par des bouts-de-bois de Dieu qui voient à travers ces eaux subitement tombées du ciel  un havre de paix et de félicité; un lieu de loisirs.

BAIGNADES DANGEREUSES 

Quelques heures après le triple décès enregistré à Darou Rahmane et malgré le tollé que ce drame a provoqué, des enfants continuaient encore tranquillement leurs baignades dans les eaux stagnantes. Derrière la nouvelle gare routière, à Sexaw Ga, à Darou Marnane derrière la voie ferrée, ils étaient encore nombreux à jouer à la baignade. Au-delà du fait qu’ils ne savent pas nager dans leur écrasante majorité, le risque de les voir attraper des maladies était gros. Une petite enquête a permis de savoir qu' heureusement, l’électricité a été coupée dans l’essentiel de ces zones inondées. Le pire dans ce ces situations, c’est qu’il n’y a aucun adulte pour leur interdire l’accès aux marigots.

Pour les reste de l’hivernage, autant dire que l’unique moyen trouvé par les autorités pour soulager les populations c’est d’aligner hydrocureurs, motopompes. Le problème c’est que dès la plus prochaine pluie, le calvaire revient au galop. Affaire à suivre...
Mercredi 1 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :