An 20 du naufrage du bateau le Joola : Qu'en reste-t-il ?


An 20 du naufrage du bateau le Joola : Qu'en reste-t-il ?
Les souvenirs restent et la mémoire toujours au rendez-vous. Les familles de victimes du naufrage « Le Joola » pleurent toujours leurs illustres disparus. Voilà 20 ans, jour pour jour, que le navire sombra au large des côtes de la Gambie, emportant 1.800 vies englouties dans les eaux, selon le bilan officiel et plus de 2.000 disparus selon le bilan des associations de victimes. 

Depuis cette date, les familles de victimes réclament énergiquement le renflouement du navire pour faire leur deuil. Une doléance que l’État du Sénégal semble reléguer au second plan. Une situation qui met l’association des familles de victimes dans tous ses états. Ely Jean Bernard Diatta, chargé des affaires juridiques de l’association des familles de victimes de monter au créneau pour exiger les trois points restants. « Il reste trois points essentiels : la vérité et la justice, ensuite le renflouement de l’épave et enfin la prise en charge psychosociale. Pour les autres points, ils ont connu un début de solution, comme le projet de réintégration des orphelins laissés en rade par les décrets signés, le mémorial est en construction, l’entretien des cimetières est devenu une réalité. Cela signifie qu’en 3 ans, nous avons avancé sur trois points. Ce dont nous avons besoin dans cette affaire, c’est que nos problèmes soient réglés. On a besoin de régler définitivement cette question et les familles continuent le travail de mémoire », tranche.

En ce qui concerne l’organisation de la commémoration, elles sont déçues de l’attitude des gouvernants qui ne les ont pas accompagnées. Heureusement, le tout nouveau ministre des Transports aériens a réagi tardivement en donnant une enveloppe de 5 millions. « Doudou Kâ a réagi cet après-midi en donnant 5 millions. Mais je vous dis, tout est foutu en l’air. On avait prévu un très grand anniversaire avec plus de 4.000 personnes. Nous avions mobilisé tout le Sénégal et l’international. Avec l’arrivée tardive des moyens, nous avons tout déprogrammé », regrette-t-il. De ce fait, la commémoration sera soft.

Toutefois, lors de la commémoration de 2021, le ministre des Forces Armées représentant l’État du Sénégal avait clairement dit que pour les 20 ans, c’est le président de la République qui présidera la cérémonie. Malheureusement, les familles de victimes ne verront   pas le Chef de l’État à Ziguinchor. « Mais en tant que président il n’est jamais venu. On aurait souhaité qu’il soit là en tant que chef de l’État. Mais toujours est-il que c’est un ressenti des familles. Sa présence pourrait peut-être calmer les familles »,  regrette Ely Bernard Diatta.

Les trois navires qui font présentement la navette Dakar-Ziguinchor-Dakar rencontrent des difficultés d'ordre mécanique et technique depuis quelques années. La preuve depuis deux ans, les deux navires jumeaux sont en carénage. Ils sont souvent envoyés en réparation tout comme Aline Sitoé Diatta qui est restée pas moins de deux ans en carénage. Des situations inquiétantes qui mettent les usagers voire les habitués de ces navires dans un grand désarroi. 
Les souvenirs restent et la mémoire toujours au rendez-vous. Les familles de victimes du naufrage « Le Joola » pleurent toujours leurs illustres disparus. Voilà 20 ans, jour pour jour, que le navire sombra au large des côtes de la Gambie, emportant 1.800 vies englouties dans les eaux, selon le bilan officiel et plus de 2.000 disparus selon le bilan des associations de victimes. 

Depuis cette date, les familles de victimes réclament énergiquement le renflouement du navire pour faire leur deuil. Une doléance que l’État du Sénégal semble reléguer au second plan. Une situation qui met l’association des familles de victimes dans tous ses états. Ely Jean Bernard Diatta, chargé des affaires juridiques de l’association des familles de victimes de monter au créneau pour exiger les trois points restants. « Il reste trois points essentiels : la vérité et la justice, ensuite le renflouement de l’épave et enfin la prise en charge psychosociale. Pour les autres points, ils ont connu un début de solution, comme le projet de réintégration des orphelins laissés en rade par les décrets signés, le mémorial est en construction, l’entretien des cimetières est devenu une réalité. Cela signifie qu’en 3 ans, nous avons avancé sur trois points. Ce dont nous avons besoin dans cette affaire, c’est que nos problèmes soient réglés. On a besoin de régler définitivement cette question et les familles continuent le travail de mémoire », tranche.

En ce qui concerne l’organisation de la commémoration, elles sont déçues de l’attitude des gouvernants qui ne les ont pas accompagnées. Heureusement, le tout nouveau ministre des Transports aériens a réagi tardivement en donnant une enveloppe de 5 millions. « Doudou Kâ a réagi cet après-midi en donnant 5 millions. Mais je vous dis, tout est foutu en l’air. On avait prévu un très grand anniversaire avec plus de 4.000 personnes. Nous avions mobilisé tout le Sénégal et l’international. Avec l’arrivée tardive des moyens, nous avons tout déprogrammé », regrette-t-il. De ce fait, la commémoration sera soft.

Toutefois, lors de la commémoration de 2021, le ministre des Forces Armées représentant l’État du Sénégal avait clairement dit que pour les 20 ans, c’est le président de la République qui présidera la cérémonie. Malheureusement, les familles de victimes ne verront   pas le Chef de l’État à Ziguinchor. « Mais en tant que président il n’est jamais venu. On aurait souhaité qu’il soit là en tant que chef de l’État. Mais toujours est-il que c’est un ressenti des familles. Sa présence pourrait peut-être calmer les familles »,  regrette Ely Bernard Diatta.

Les trois navires qui font présentement la navette Dakar-Ziguinchor-Dakar rencontrent des difficultés d'ordre mécanique et technique depuis quelques années. La preuve depuis deux ans, les deux navires jumeaux sont en carénage. Ils sont souvent envoyés en réparation tout comme Aline Sitoé Diatta qui est restée pas moins de deux ans en carénage. Des situations inquiétantes qui mettent les usagers voire les habitués de ces navires dans un grand désarroi. 
Lundi 26 Septembre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :