Alphabétisation et Éducation Non Formelle : La Fondation Karanta capacite les journalistes et communicants en AENF.


Alphabétisation et Éducation Non Formelle : La Fondation Karanta capacite les journalistes et communicants en AENF.
La Fondation Karanta, institution d’appui aux Politiques d’Alphabétisation et d’Éducation Non Formelle (AENF), a organisé une session de renforcement de capacité des journalistes et communicants en AENF, en ligne, ce 28 Octobre 2021. 

La question de l’alphabétisation est un élément clé de l’Objectif de Développement Durable numéro 4 (ODD 4), qui a notamment pour objectif « d’assurer à tous les jeunes l’alphabétisation et le calcul et de donner aux adultes qui ne possèdent pas ces compétences, la possibilité de les acquérir ».

La communauté internationale en fait une préoccupation depuis des décennies en célébrant chaque 8 septembre, la Journée Internationale de l’Alphabétisation, sous l’égide de l’UNESCO. Cette journée a été instituée pour renforcer la sensibilisation et faire des plaidoyers afin de mobiliser les différents acteurs en faveur de l’alphabétisation, compte tenu de l’ampleur de l’analphabétisme dans le monde.

Dans le cadre de la célébration de cette journée le 08 septembre 2021, la Secrétaire Générale de l’UNESCO a révélé que 773 millions de jeunes et d’adultes, dont deux tiers de femmes, n’ont pas les compétences de base en matière d’alphabétisation ; et 617 millions d’enfants et d’adolescents n’atteignaient pas les niveaux minimums de compétence en lecture avant la crise sanitaire de la Covid-19. Cette pandémie et ses répercussions ont également aggravé les inégalités préexistantes dans l’accès à des possibilités d’alphabétisation.

Le thème retenu cette année « L’alphabétisation pour une reprise axée sur l’humain : réduire la fracture numérique », invite à mettre en avant les interactions entre l’alphabétisation et les compétences numériques, un besoin pour les jeunes et les adultes non alphabétisés dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et au-delà.

La Fondation Karanta, institution d’appui aux Politiques d’Alphabétisation et d’Éducation Non Formelle (AENF), œuvre à inverser la tendance du fort taux d’analphabétisme dans ces États membres, (le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal), situés en Afrique subsaharienne, où le taux d’adolescents non scolarisés est le plus élevé avec 32 millions sur les 59 millions d’enfants hors système scolaire (UNESCO 2019). Elle envisage à cet effet, de poursuivre en partenariat avec la Maison de la presse du Mali, le renforcement des capacités des journalistes et communicants chargés des sujets socio-éducatifs pour une meilleure participation à la promotion de l’Alphabétisation et de l’Éducation Non Formelle. Les présents termes de référence sont relatifs à ladite activité.

La session a pour objectif général de renforcer les capacités des journalistes et communicants des États membres pour une meilleure prise en compte de la promotion de l’alphabétisation et d’éducation non formelle dans les médias.

En terme d’objectifs spécifiques, il s’agit entre autres de : Amener les journalistes et communicants à découvrir les types d’initiatives en matières d’AENF et les classes passerelles en particulier ; d’outiller les participants sur les meilleures pratiques journalistiques pour sensibiliser sur la problématique de l’éducation non formelle ; de Susciter l’intérêt des acteurs média à s’impliquer suffisamment dans la promotion de l’AENF à travers leurs articles et productions.

La session d’ouverture a été présidée par Madame Ousmane Dédéou Sidibé, Ministre en charge de l’Alphabétisation et de l’Éducation Non Formelle du Mali, Vice-Présidente du Conseil de Fondation de Karanta et s’est déroulée par visio-conférence. La rencontre a été animée par des experts, issus de la Fondation Karanta, comme Martin Faye et de la Maison de la Presse du Mali. Les échanges se sont déroulés sous formes d’exposés-débats qui ont porté sur les initiatives en matière d’AENF et l’expérience des classes passerelles dans les pays membres de la Fondation Karanta  et sur les meilleures pratiques journalistiques de sensibilisation sur l’Alphabétisation et l’Éducation Non formelle.

La session a réuni une cinquantaine de journalistes et communicants de la presse écrite, presse en ligne, radio, TV, en charge des questions socio-éducatives ; les directeurs/responsables de communication des Ministères chargés de l’AENF ;  les chargés de communication des directions/structures d’AENF ;  les points Focaux de la Fondation Karanta; les responsables techniques de la Fondation Karanta.
Jeudi 28 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :