AG des internes et anciens internes ce lundi : Risque de paralysie dans le système sanitaire.


AG des internes et anciens internes ce lundi : Risque de paralysie dans le système sanitaire.

Des risques de perturbations peuvent plomber le bon déroulement du système de santé à partir de ce lundi avec l’assemblée générale des  internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal (AIAIHS) .

 

Les professionnels de la santé suite à une grève de  72 heures, exigent un statut clair pour les textes de l’internat et un recrutement en fin de formation.

 

Pour L’AIAIHS, il urge aujourd'hui de mettre en place une politique d’insertion professionnelle de ces médecins spécialistes. Ces professionnels qui attirent ainsi l’attention des autorités et de l’opinion, se disent très sollicités dans les services hospitaliers universitaires, notamment sur la gestion des urgences médico-chirurgicales, la recherche scientifique, la formation des étudiants en médecine et la prise en charge optimale des patients. 

 

Le Dr Fallou Niang regrette le fait que  "les textes qui régissent l’internat des hôpitaux ne répondent plus aux défis actuels de l’interne. Selon lui , le statut de ces travailleurs est à améliorer, et  il est important de revoir aussi les obligations, les droits et avantages des internes associés à un programme d’évaluation caduc’’ précise t-il.

 

Le secrétaire général de l’association des internes et anciens internes des hôpitaux revient sur ce concours très sélectif (30 admis /1000 candidats) qui est ouvert aux étudiants des facultés de médecine du Sénégal à partir de la 5ème année et qui donne accès à une formation de 5 ans en vue d’une spécialisation. Il martèle  que  beaucoup d’hôpitaux dans le pays sont en manque criard de spécialistes du fait que le Sénégal est loin de remplir les normes régis pas l'OMS en terme de spécialistes et ce après 12 années de formation spécialisée.

 

" Le constat est apparent, l’absence de création de nouveaux postes d’assistants universitaires fait que beaucoup de ces médecins spécialistes (en moyenne 45 par an)  se retrouvent  dans une situation solitaire et ceci à cause de l’absence de politique d’intégration professionnelle de ces médecins  dans la fonction publique". Aujourd'hui la problématique de l'internat se pose avec acuité, regrette le secrétaire général malgré les nombreuses rencontres avec la tutelle. Ils en appellent à la responsabilité du chef de l’État  pour trouver une solution de sortie de crise. 

Dimanche 24 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :