39 morts et une cinquantaine de blessés : Un énième drame sans responsable…


Depuis la survenance de « ce crime », il n’y a que des victimes, il n’y a pas de responsables. Dieu sait qu’il en existe…Il est de coutume au Sénégal de dire que c’est la volonté divine en cas de drame, mais il est utile de s’arrêter dans pareil cas…

Si au Sénégal, la démission est un vocable inconnu des autorités, sous d’autres cieux, le responsable du secteur serait parti depuis les premières heures de la journée.

Dans beaucoup de pays, quand un drame d'une telle ampleur s'abat sur la Nation, le ministre moralement responsable, démissionne. Car l’autorité est toujours responsable du fait d’autrui, c’est la règle.

On annonce en grande pompe un conseil interministériel, ce lundi… À quoi ? Pour quelles décisions ?

Le 9 février 2017, le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne avait présidé un Conseil interministériel consacré à la sécurité routière... À l’époque, le Ministre Mansour Élimane Kane avait proposé des mesures fortes, approuvées par Monsieur le Premier Ministre. Et, le conseil interministériel avait validé le plan d’action qui a été proposé dont les 6 recommandations fortes suivantes :

1. Renforcer le contrôle axé sur la sécurité routière (tolérance Zéro) et les sanctions

2. Appliquer la réglementation sur la circulation des véhicules dans toute sa rigueur :
- Surcharge de passagers et de bagages,
- Règlementation des horaires de circulation,
- Circulation des deux roues, Maraudage,
- Les transports clandestins, war gaïndé,...
 
3. Mettre en place un centre de formation pour les métiers de la route

4. Instaurer le permis de conduire à points
5. Réformer le code de la route
6. Réformer les conditions d’ouverture et d’exploitation des auto-écoles

Enfin, il a été décidé de mettre en place un dispositif de suivi/évaluation de ces recommandations.

 
C’est dire qu’on tourne en rond. On prend toujours les mêmes et on recommence. Il faut marquer les esprits. Savoir partir, c’est preuve de grandeur.

À deux reprises en Egypte, un ministre des transports a démissionné à la suite d’accident de moindre envergure. Le 17 novembre 2012, lors d’un accident ferroviaire (49 morts), le 27 novembre 2019 lors d’un autre accident à la gare du Caire (20 morts)…

 En Jordanie, le 25 octobre 2018 des intempéries emportent un bus d'écoliers : 21 morts, deux ministres jettent l’éponge (Démission des ministres de l'Éducation et du Tourisme)

En Bulgarie, le 31 août 2018, l’accident d'un bus fait 17 morts, les ministres de l'Intérieur, des Transports et du Développement régional, quittent leurs fonctions.

 En 2002, lors naufrage du Joola (1. 863 morts), le ministre des Forces Armées était obligé de partir.

 
Le ministre des Transports du Sénégal ne devrait-il pas rendre le tablier pour mettre à l'aise tout le monde y compris son mentor, le Président Sall, après une quarantaine de morts dans un accident de la circulation? En tout cas, pour moins que ça, (11 morts) le ministre de la Santé de l’époque a été limogé...
Dimanche 8 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :