TOURNÉE DU MAER À KOLDA / Moussa Baldé : « Nous allons faire du bassin de l’Anambé une valeur sûre de l’autosuffisance en riz… »


Après Ziguinchor et Sédhiou, le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural, Moussa Baldé a effectué une visite dans les champs en récolte et les périmètres rizicoles en moisson, ce vendredi 22 novembre.

« Nous allons faire du bassin de l’anambé une valeur sûre de l’autosuffisance en riz, voire un modèle de mécanisation de l’agriculture sénégalaise. C’est une chose qui me tient à cœur. De plus, avec tous les accompagnements de la DER et de la Caisse nationale agricole les producteurs pourront y arriver. Nous sommes ici à Anambé dans le cadre de la tournée de fin de saison pour nous enquérir des récoltes, des moisons. Nous avons vu ici comme à Sinthiang Sadio avec les champs de Mamadou Aly Diao, de bonnes récoltes. Et nous espérons aussi une bonne commercialisation », souligne Moussa Baldé ministre de l’agriculture et de l’équipement rural.

Mamadou Aly Diao, producteur à Sinthiang Sadio d’avancer : « j’ai cultivé 17 hectares d’arachide, du maïs et 9 ha de sorgho cette année qui sont tous bons. Les récoltes se portent bien parce que nous avons reçu les semences, les engrais et le matériel agricole à temps. Je ne suis pas surpris de mes résultats cette année. Ils s’expliquent tout simplement par le fait que c’est le fils d’un paysan qui est ministre de l’agriculture,  donc il n’est pas en terrain inconnu. Nous avons reçu des appuis techniques tels que ceux du projet « kissal » et surtout  ceux aussi du ministère de l’agriculture. Cependant, nous voulons qu’on nous augmente du matériel agricole avec des décortiqueuses et des récolteuses », s’enthousiasme-t-il.

Karamba Kébé, grand producteur de riz dans le bassin, n’en dira pas moins : « J’ai cultivé 200 ha de riz dans le bassin de l’Anambé pour 5 tonnes à l’hectare.  Nous n'avons jamais obtenu un rendement aussi important et cela c'est grâce à Moussa Baldé (maer) en tant que DG de la Sodagri puis ministre de l’agriculture. Je me rappelle qu'en 1986 nous allions à pied pour rejoindre les périmètres rizicoles en travaillant avec les mains,  aujourd’hui nous le faisons en voiture. Cela montre que nous avançons et que beaucoup d’efforts ont été consentis pour en arriver-là », se satisfait-il.

Moussa Baldé(maer) dans la foulée ajoutera : « nous allons opérer une révolution agricole avec la marchandisation du bassin. D’ailleurs, le gouvernement a fait des commandes pour augmenter les machines afin de booster davantage les rendements. Et sur cette parcelle il n'y a pas moins de 5 tonnes et demi à l’hectare. C’est pour dire que le travail continue comme en témoignent tous les changements visibles aujourd’hui dans le bassin... » 


Vendredi 22 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :