TOUBA / GRAVES ACCUSATIONS CONTRE LE SERVICE DU COMMERCE - Opérateurs Huiliers et contrôleurs économiques devant le procureur pour solder leurs comptes


TOUBA / GRAVES ACCUSATIONS CONTRE LE SERVICE DU COMMERCE - Opérateurs Huiliers et contrôleurs économiques devant le procureur pour solder leurs comptes
Amadou Touba Niane, le chef du service du contrôle économique de Diourbel ne badine pas avec les fausses accusations portées sur l'honorabilité de ses services et de ses hommes. Lesquels ont été accusés de soutirer de l'argent et de mener la vie dure à des opérateurs huiliers de Touba.

En fait, ce sont ces derniers faisant face à la presse, vendredi, qui ont fait état de persécutions dont ils se seraient victimes depuis un moment.
À en croire Serigne Mbacké Lô et ses camarades, '' les agents du service du commerce de Touba-Mbacké versent dans un abus de pouvoir caractérisé en exigeant des opérateurs huiliers une  déclaration avant toute vente de leur produit. 

Le porte-parole de l'association de poursuivre : ''ils nous demandent de l'argent et lorsque l'argent est versé, ils ne nous donnent aucun quitus. Ils empochent cet argent et nous laissent enfin la possibilité de poursuivre tranquillement nos activités.  Comment de l'huile provenant du Sénégal peut-elle obligatoirement être assujettie pour sa commercialisation à une déclaration. Nous dénonçons cela et interpellons les autorités compétentes. ''

Le regroupement  des Acteurs du Secteur de l'Industrie et l'Agroalimentaire de Touba (RASIAT) a dénoncé, par ailleurs, la concurrence '' déloyale'' que leur impose l'huile importée qui coûte, '' bizarrement '' entre 13.000 et 13.250 francs ''. Ils démentent vendre de l'huile nocive à la santé. « Nous disposons de tables de raffinage capables d'éliminer l'aflatoxine. Nous employons 3.200 personnes et créons pas moins de 7.000 autres emplois indirects. »

Une sortie qui a eu le don de provoquer la colère du Commissaire aux enquêtes économiques et, par ailleurs,  chef du service régional du commerce de Diourbel.
« Nous voulons faire des précisions à l'endroit de certaines personnes qui ont proféré des accusations. Laissez-moi rappeler que l'huile au Sénégal est régie par une norme qui est d'application obligatoire et à l'échelle régionale.  L'huile dont on parle et qui est appelé 'Ségal' n'épouse pas les contours de la légalité.
C'est une huile surchargée en aflatoxine et les aflatoxines sont connues comme étant génétoxiques, pouvant aller jusqu'à compromettre l'intégrité physique d'une personne. Elle est réputé même cancérigène. Raison fondamentale pour laquelle la division de la consommation et de la sécurité des consommateurs en charge des autorisations de la consommation ne délivre pas d'autorisation pour ce qui concerne cette huile.
L'autorisation n'est accordée que pour l'huile raffinée enrichie en vitamine A. Dans la région de Diourbel et plus précisément à Touba, le service du commerce a toujours fait preuve de clémence vis-à-vis des opérateurs huiliers de la région malgré les risques. »

Notre interlocuteur de signaler sa volonté d'ester en justice pour défendre ses intérêts et défendre ceux de ses services s'estimant diffamés. ''L'auteur des accusations portant corruption imputée aux agents de nos services sera attrait devant le juge  pour qu'il dise à qui il remettait l'argent et dans quelles conditions. Notre avons une bonne réputation et nous comptons la garder ''. Affaire à suivre...
Samedi 17 Février 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
MOI FALLOU SENE !

MOI FALLOU SENE ! - 26/05/2018