Scandale à la mosquée de Grand-Dakar : un "Ibadou rahman" perturbe les prières de l'imam en récitant d'autres sourates derrière lui...

Se déclarant Imam à la mosquée de Grand-Dakar, A. Diakhaté, âgé de 56 ans, est poursuivi pour entrave à l'exercice d'un culte, outrage à un ministre de culte, violence, voie de fait et injures non publiques au préjudice des imams de ladite mosquée. Ainsi, le mis en cause a comparu ce mercredi 18 janvier 2023 devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Il sera édifié sur son sort le 25 janvier prochain.


Il ressort des débats d'audience que le sieur A. Diakhaté est un "Ibadou rahman" qui n'a pas les mêmes visions de la religion que les autres imams de la mosquée de Grand-Dakar dont Ab A Diop qui est l'imam principal. En effet, le collectif des imams de ladite mosquée avait adressé une lettre au gouverneur de Dakar pour dénoncer le prévenu A. Diakhaté. Il résulte de la dénonciation que le mis en cause ne cesse de s'attaquer aux personnes âgées qui se trouvent dans la mosquée et profère des menaces graves et des injures publiques envers les sages de la mosquée et conteste la manière dont l'Imam dirige la prière. Parfois, c'est au cours des prières qu'il se faufile devant les fidèles en les bousculant dans l'intention de trouver une place derrière l'Imam. Et une fois, là-bas, il se met à réciter d'autres sourates pour le perturber d'après les propos du collectif. Pis, durant les prières de l'aube (fadjr), il allume son portable pour écouter des versets coraniques dans le but de perturber complètement la prière des fidèles musulmans. Et d'autres jours, il étale ses pieds dans la mosquée pour empêcher les gens de prendre place. Des agissements qui ont poussé le collectif à ester en justice. Arrêté et placé sous mandat de dépôt depuis le 16 janvier 2023, il a fait face au juge ce mercredi 18 janvier 2023 pour entrave à l'exercice d'un culte, outrage à un ministre de culte, violence, voie de fait et injures non publiques au préjudice des imams de ladite mosquée.

 

À la barre, le prévenu se lance dans la dénégation totale en niant les faits qui lui sont reprochés. Il déclare qu'il n'avait rien à voir dans cette affaire. 

 

Selon l'une des parties civiles, S Diallo, un jour, le prévenu l'avait agressé. Il l'avait empoigné et insulté de mère et les gardiens sont intervenus. "Lors d'un Gamou, il a failli me pocher l'œil. En fait, c’était à quelques encablures de chez moi, il s'est caché derrière une voiture et tout d'un coup, j'ai reçu un coup-de-poing. Par la suite, on m'a conseillé d'aller à la police. Et le commissaire m'a conseillé d'aller à l’hôpital pour me procurer un certificat médical", a-t-il expliqué.

 

 

 

Invité à répondre à cette question, le prévenu déclare que leur problème date de 15 ans et précise qu'il n'a jamais frappé le sieur Diallo. En outre, il a souligné qu'il avait abandonné la mosquée pendant un mois et que ce sont eux qui lui ont demandé de revenir.

 

Quant à Pape D Mbaye, Tafsir de la mosquée, il fait savoir qu'il venait assister au tafsir, mais il a arrêté de fréquenter la mosquée. "Un jour, au moment de faire la prière, il s'est levé en disant publiquement que je suis une poubelle de la Sicap", mentionne-t-il.

 

Venu pour témoigner dans cette affaire, Ab A Diop, imam de la mosquée révèle qu'il a cinq "nayim". A. Diakhaté sabote la prière et la conteste. Il laisse entendre qu'il attend qu'il termine la première "Rakka" pour commencer la sienne.

 

Le prévenu, à la barre, fait savoir que le problème résulte du fait qu'il est un "Ibadou" et quand il leur donne la main ils refusent. Il précise également que quand il y a une cérémonie de mariage ou autre, ils font tout pour que les gens ne parlent pas avec moi. Concernant les versets qu'il récite derrière l'imam, il a fait savoir que l'imam commet souvent des erreurs et c'est la raison pour laquelle il le corrige. Ab Diop âgé de 70 ans et fidèle de la mosquée, va contredire les propos de A Diakhaté. "Ce qu'il dit ce n'est pas vrai. Il veut s'imposer dans la mosquée ce qui est impossible. Il fait de l'usurpation de fonction en déclarant partout qu'il est l'imam de la mosquée. À chaque fois, on me rapporte son comportement dans la mosquée," rapporte-t - il.

 

Pour le délégué de quartier de Grand-Dakar, le sieur A Diouf, il soutient avoir reçu de nombreuses plaintes contre le prévenu. "Toutes les convocations sont passées par lui", déclare-t-il.

 

Le parquet lui pose la question de savoir pourquoi est-il la seule personne qui a des problèmes avec les imams alors qu'il n'est pas le seul à fréquenter ce lieu de culte. Il rétorque que les imams sont jaloux de sa connaissance spirituelle. En ce qui concerne ces comportements bizarres au sein de la mosquée, il réplique qu'il a des problèmes de rhumatisme, c'est la raison pour laquelle il étale ses pieds.

 

Lors de son réquisitoire, la représentante du ministère public a relevé la constance des faits avant de solliciter que le prévenu soit déclaré coupable et pour la sanction, elle s'en rapporte à la sagesse du juge.

 

Quant aux avocats de la défense, ils déclarant qu'il n'y a pas d'infraction dans un lieu de culte. Cette affaire découle d'un règlement de comptes et cela n'est pas de l'Islam. Suffisant pour eux de demander une application bienveillante de la loi pénale.

L'affaire a été mise en délibéré jusqu'au 25 janvier prochain...

 

Mercredi 18 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :