Rufisque / Souleymane Ndoye répond à Ismaïla Madior Fall : « Il ne lui appartient pas de déterminer ma candidature »


Ce mercredi 15 Septembre 2021 des femmes de la ville de Rufisque  ont organisé un rassemblement pour investir officiellement l’ancien Ministre de la justice, Ismaïla Madior Fall. Un choix que le principal concerné a accepté, non sans lancer un appel solennel, à un autre candidat à la candidature de la ville de Rufisque. Dans son discours, le professeur Ismaila Madior Fall, s’est personnellement adressé, au président sortant du Conseil départemental, l’honorable député Souleymane Ndoye. En effet, l’ancien ministre de la justice IMF a profité de l’occasion pour lancer un appel à Souleymane Ndoye, dont, dira-t-il la candidature  « est légitime, car il veut développer sa collectivité. » Mais ajoutera IMF, «  cela m’a un peu surpris car il est déjà à la tête du Conseil départemental de Rufisque. Alors il devait demander un deuxième mandat. Il a le droit de changer d’opinion, de posture, d’ambition  et il l'a fait. Mais il ne faut pas que cela compromette nos chances de gagner les prochaines élections. » Cet appel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

  Depuis Paris où il se trouve, Souleymane Ndoye a câblé Dakaractu, pour réagir à la sortie de l’ancien garde des Sceaux. D’emblée il dira, « qu’après l’exceptionnelle mobilisation des populations de Rufisque Ouest, avec l’ensemble des couches sociales (Imam, délégués de quartiers, ASC, groupements de femmes, etc. qui étaient plus de 3. 000 à porter sa candidature, il est tout à fait normal que le professeur Ismaïla Madior Fall, fasse une mobilisation pour montrer qu’il a une base politique. Ce qui n’est pas une nouveauté. » Mais, dira Souleymane Ndoye « il ne lui appartient pas de déterminer mon choix politique. Secundo, s’il appelle à des concertations, il n’est pas sans savoir que des coordinations communales de l’APR  et de BBY existent depuis 2014 et sont dirigées par des coordonnateurs officialisés en 2016 par le chef de l’État. Donc ce sont elles les portes d’entrée de BBY dans les communes de l’Est, du  Nord, de l’Ouest et de la ville. Tertio, on ne lui connaît aucune activité politique au sein de BBY car il  a toujours fait cavalier seul.

Comme en atteste sa non implication dans le dispositif de BBY de 2019 lors de l’élection présidentielle. Aujourd’hui appeler à des concertations est une aberration »,  a dit Souleymane Ndoye. Ainsi,  ce dernier l’invite au respect des coordinations qui existent depuis 2014, « mais aussi de respecter les autres candidats à la candidature, tous membres de la coalition BBY, à savoir l’honorable député  Seydou Diouf, Doudou Meissa, ou encore le maire Albe Ndoye. Tous ont le même mérite politique et la même légitimité. 
La candidature à la ville de Rufisque ne doit pas se limiter à une dualité entre LUI et MOI », a ajouté Souleymane Ndoye. Ce dernier, après avoir aussi remercié IMF qui a reconnu son travail à la tête du Conseil départemental, a tenu à lui rappeler que « ce sont  des comportements pareils qui avaient fait perdre à la coalition BBY les élections  de 2014, dont il  faut préciser, il n’a pas été un acteur. »
En effet, ajoutera-il,  « le comportement de IMF depuis son entrée en  politique en 2017,   est facteur de division, avec des invectives et des insultes portés par des membres de son entourage qui remettent  en cause les choix des populations qui se sont déjà prononcées à l’Ouest, au  Nord et à l’Est. Ce n’est pas à lui de déterminer mon choix qui appartient aux populations de Rufisque  ouest qui se sont prononcées et ont porté ma candidature. Mais je salue son appel à la concertation qui doit se faire avec  les coordinations officiellement reconnues depuis 2016 et qui fait le travail depuis l’annonce de la date des élections », a-t-il conclu...






Jeudi 16 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :