(Reportage) Guinée Bissau : Ces Sénégalais qui préfèrent Bissau à Madrid


Au moment où certains Sénégalais bravent l'océan pour gagner l'Occident au péril de leur vie, des pays africains sont devenus le nouvel eldorado pour d'autres. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la Guinée Bissau fait partie de ces “nouveaux paradis” de l'émigration pour ces sénégalais. 
Dakaractu a rencontré ces émigrés pas comme les autres au Marché Touba Guinalanté situé à Praça, l'équivalent du quartier Plateau de Dakar. Dans ce pays depuis plus dix ans, certains d'entre eux ne voient plus d'avenir ailleurs à l'image d'Ibrahima Diouf. Arrivé à Bissau, il y a de cela 14 années, il a intégré ce peuple au point d'y prendre sa deuxième épouse. Bassirou Seck est dans le même cas, même s'il admet que les ressortissants Sénégalais peuvent de temps en temps rencontrer quelques soucis liés à leur statut d'immigrés. 
Mais pour son compatriote, ce n'est rien par rapport à l'hospitalité dont ont fait montre les bissau-guinéens à leur égard. Ibrahima Diouf qui travaille comme réparateur de téléphone est d'autant convaincu que son salut se trouve au pays d'Amilcar Cabral que certains de ses compatriotes ont tourné le dos à l'Europe pour migrer vers ce pays d'Afrique de l'Ouest pourtant présenté comme l'un des plus pauvres du continent noir. Abdou Lahad Fall est un exemple patent. Ce trentenaire a “testé” le vieux continent mais a du vite rebrousser chemin pour retourner d'où il venait, c'est à dire la Guinée Bissau. 
Quand bien même, reconnait-il que Bissau est un havre de paix pour les ressortissants sénégalais, Moustapha Khouma n'en dénonce pas moins les quelques hics rencontrés par ses compatriotes. En sa qualité de président de la Fédération des associations sénégalaises de Guinée Bissau, M. Khouma a souvent sur sa table des complaintes liées à la carte de séjour. Selon lui, nombre sont les sénégalais qui peuvent se retrouver en prison pour défaut de ce document. Il déplore aussi les tracasseries policières au niveau des frontières. Mais pour Astou Diané, c'est aux “étrangers” de se soumettre aux coutumes et us du pays pour mieux s'intégrer. Dans le restaurant sénégalais qu'elle tient d'une main experte, cette immigrée donne les clés de l'intégration, elle qui fait travailler des bissau-guinéennes. Pour les Sénégalais qui seraient tentés de découvrir la Guinée Bissau, ils doivent savoir que tout est à reconstruire dans ce pays. Ils doivent s'armer de patience et savoir attendre leur heure pour percer.
Dimanche 19 Août 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :