Rentrée officielle de l'Executive Education de l'IAM : Le DG de la Senelec tire la sonnette d'alarme sur l'insécurité ambiante au Sénégal


Rentrée officielle de l'Executive Education de l'IAM : Le DG de la Senelec tire la sonnette d'alarme sur l'insécurité ambiante au Sénégal
La rentrée officielle de l'Executive Education a servi de tribune au Directeur de la Senelec pour tirer la sonnette d'alarme sur l'insécurité ambiante qui plane sur le Sénégal.
Animant un panel en même temps que le directeur de la division Cybersécurité de la Police nationale et le Directeur de l'Agence d'assistance à la sécurité de proximité, Mouhamadou Makhtar Cissé n'a pas pris de gants pour donner aux choses leurs véritables noms.
"Nous sommes dans l'insécurité la plus totale", a-t-il commencé en faisant allusion aux installations électriques qui surplombent les habitations. Le danger est d'autant plus réel que c'est le patron de la société nationale d'électricité qui le relève. Mais Mouhamadou Makhtar Cissé ne se contente pas de cette remarque qui devrait en interpeller plus d'un. Il a déploré le "désordre ambiant" qui règne au Sénégal. Pour lui, "c'est la première source d'insécurité", avant d'indiquer qu'il est à tous les niveaux de notre société".
Surfant sur la même onde, le Directeur de la Division Cybersécurité de la police judiciaire, Pape Guèye s'est offusqué de la manière dont les sénégalais se comportent sur Internet. Selon le commissaire, les internautes pensent être anonymes sur la Toile. Mais ils se trompent, prévient le Directeur de la division cybersécurité. "Nous devons agir sur les familles, les écoles, la société pour leur donner un minimum de connaissances numériques", préconise le policier. Par ailleurs, il a reconnu que la question de l'hébergement à l'extérieur pose un problème de souveraineté. Il fait allusion aux serveurs des sociétés qui sont logés à l'Etranger. Toutefois, il a salué les efforts réalisés dans la lutte contre la cybercriminalité au Sénégal avant d'assurer que les forces de sécurité sont conscientes de la nécessité de se spécialiser dans un monde en permanentes mutations. "Dans chaque domaine spécifique, on est en train de recruter pour mieux assurer la sécurité", assure-t-il.
Pour sa part, Khaly Niang a appelé les opérateurs de téléphonie à faire preuve de responsabilité en mettant un terme aux promotions qui visent le jeune public. "La gratuité de la communication téléphonique pose problème", fustige le criminologue qui propose un tarif de nuit pour une utilisation plus modeste des "smartphone" par les jeunes. Pour lui, cela éviterait les dérapages auxquels nous assistons sur les réseaux sociaux depuis quelques temps. Pourvu que son appel soit entendu par qui de droit. 
Vendredi 16 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :