Real : critiqué, Ramos balance avec ironie ses vérités sur Salah et Karius !

Pointé du doigt pour son attitude lors de la finale de la Ligue des Champions remportée par le Real Madrid face à Liverpool (3-1), le défenseur central Sergio Ramos a été critiqué pour ses fautes sur Mohamed Salah et Loris Karius. Mais ce mardi, l'Espagnol a balancé de franches réponses.


Depuis la finale de la Ligue des Champions remportée face à Liverpool (3-1), le Real Madrid reste au coeur de l'actualité. Outre le départ de Zinédine Zidane et la sortie mystérieuse de Cristiano Ronaldo sur son avenir, Sergio Ramos se retrouve également mêlé à une polémique pour son comportement sur ce match.
Coupable d'une faute sur l'ailier Mohamed Salah, le défenseur central madrilène a donc été impliqué sur la blessure de l'Egyptien. Puis le capitaine des Merengue s'est également vu critiqué pour une commotion cérébrale du gardien Loris Karius, à la suite d'un choc involontaire où il avait été poussé par Virgil van Dijk.

Critiqué, Ramos ne se défile pas et répond avec ironie

Malgré les nombreuses critiques lancées contre lui, Ramos avait toujours gardé le silence à ce sujet. Mais présent devant les médias ce mardi, l'Espagnol a répondu... et n'a pas mâché ses mots ! «Mince, on a tellement parlé du sujet Salah. Je ne voulais pas parler, parce que tout s'exagère après. En regardant bien les images, il m'attrape d'abord le bras et moi je tombe, d'ailleurs il se blesse l'autre bras mais les gens disent que je fais une prise de judo», s'est défendu l'international ibérique, avant de répondre pour Karius.
«Après, le gardien dit qu'il a eu une commotion après un choc avec moi, il ne manque plus que Firmino dise qu'il était enrhumé parce qu'une goutte de ma transpiration lui est tombée dessus», a lancé avec ironie le joueur de 32 ans. Avec son expérience, Ramos, malgré une forte pression populaire avec des menaces de mort émises contre lui, ne se laisse donc pas abattre.

L'Espagnol pense que Salah aurait pu continuer

D'ailleurs, d'après Ramos, Salah aurait pu serrer les dents et disputer la seconde période de cette finale en bénéficiant d'infiltrations. «S'il s'était fait faire des infiltrations, il aurait pu jouer la seconde période, moi je l'ai déjà fait, ce n'est pas si grave que ça. On dirait que quand c'est Ramos qui fait quelque chose, c'est tout de suite plus grave», a-t-il noté. Bien évidemment, le Pharaon ne pouvait pas opter pour cette solution et prendre le risque d'aggraver sa blessure à l'approche du Mondial 2018. Mais autant dire que Ramos ne compte pas se remettre en question ! 
Mardi 5 Juin 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :