Qualification en Russie 2018 : Opportunités d’affaires pour le foot sénégalais


Qualification en Russie 2018 : Opportunités d’affaires pour le foot sénégalais
Les lions de la Téranga viennent de valider leur qualification à la coupe du monde 2018, l’émotion a été intense et la joie immense du côté des supporters et des inconditionnels du ballon rond. Le chef de l’Etat a reçu les joueurs, le staff, les fédéraux pour les féliciter, les encourager, les galvaniser, les mettre en garde, les motiver pour une participation aussi honorable qu’en Corée en 2002. Les héros ont fait savoir leurs doléances au président lequel a bien pris bonne note et a décidé de leur remettre une prime spéciale de 20 millions par joueur. Leurs revendications ont fait un tollé dans l’opinion sénégalaise jugeant que ces sportifs ont fait un crime de lèse-majesté en faisant des réclamations puériles aux antidotes de leur situation de footballeurs professionnels dont la majorité évolue dans les championnats européens de haut niveau et roulent sur l’or. Mais n’oublions pas que le charlatan exige toujours son argent même s’il tue le patient (alors que dans ce contexte-ci n’y a ni charlatan ni patient mort) bref le débat reste ouvert sur l’opportunité de satisfaire ces gaïndés au vu des maigres ressources que dispose notre cher pays, l’objet de ce texte est de profiter de cette qualif en Russie 2018 pour donner des pistes afin de trouver des ressources additionnelles et des externalités positives pour la fédération sénégalaise de football.
La glorieuse organisation « à but non lucratif », sise du côté de Zurich, laisse retomber quelque menue monnaie dans les poches des équipes qui participent à ce prestigieux raout à crampons, qui n'existerait certes pas sans elles. De la sorte, rien que de se qualifier, suffit déjà en soi à décrocher un petit jackpot et pour la FSF, les calculettes étaient surtout de rigueur au Stade Léopold Sédar Senghor au-delà des sept (7) milliards XOF  amassés juste après la qualif, les revenus augmentent à chaque match joué ce qui apportera minimum quelques milliards supplémentaires.
Justement, c’est aussi l’opportunité souhaitée de négocier un gros contrat avec un équipementier international de premier plan sur le long terme et la fédé sera en position de force pour décrocher un gros lot qui pourrait même atteindre plusieurs milliards en quelques années. Aussi, la possibilité d’attirer de gros sponsors nationaux notamment les grands groupes industriels et de services européens installés à Dakar ce qui apportera inéluctablement quelques milliards dans la besace. Le plus urgent et le non moins nécessaire en cette période d’euphorie de qualif est de cultiver la culture merchandising surtout chez les fervents supporters en vue de mettre en place, en partenariat avec l’équipementier choisi, une boutique spécialement dédiée à la vente exclusive de maillots et de produits dérivés à l’effigie de l’équipe nationale. Des milliers de produits dérivés doivent être estampillés lions de la téranga : maillots, tee-shirts, écharpes, bandeaux, sacs, mugs, drapelets, portefeuilles, briquets, sandales, caleçons...et j’en passe. Les recettes générées par ces produits dérivés sont désormais un enjeu majeur dans le football moderne, les hauts dirigeants des administrations du football mondial pensent désormais « marque » et « cible ». Thierry Hubac, directeur de la communication du FC Lorient l’a bien compris : « notre but est de développer des produits tous azimuts. Le merchandising est un outil de communication de proximité et un service que l'on rend à nos supporteurs au-delà de la logique mercantiliste".
Dommage qu’il ne reste plus que six mois pour espérer mettre en place cette boutique spéciale tant rêvée alors qu’aucun équipementier sérieux n’a encore frappé aux portes de la fédé avant même de parapher un quelconque contrat. L’idéal aurait été de signer un partenariat avec un équipementier fiable bien avant la qualif avec la possibilité d'existence de clauses dans le contrat équipementier comme une revalorisation des termes financiers en cas de qualif. Cette vision aurait bien pu nous priver de ces questionnements puérils et stériles sur l’opportunité d’offrir à nos chers lions des terrains et des passeports diplomatiques. En espérant aussi que tous les revenus tirés de cette campagne et du merchandising au cas échéant, puissent être utilisés en totale transparence surtout dans la réalisation d’infrastructures de dernière génération et le développement du football local qui sombre dans les ténèbres depuis presque trois décennies car la sélection A reste encore dans le football national « une trainée lumineuse dans la grande nuit de l’infiniment petit ».
 
Dakar, le 16 novembre 2017
Baïdy Bocar SY
Economiste/Auditeur interne
Jeudi 16 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :