Projet du TER : Les victimes continuent de réclamer 50 milliards d’indemnisation et de réparation.


Après l’annonce par le ministre de transport terrestre et du désenclavement du territoire, Mansour Faye, de la mise en circulation du train express régional en fin d’année 2021, le collectif national des impactés du TER est sorti de sa réserve pour réclamer l’indemnisation totale et sans condition de tous les impactés. 

 

Selon Ibrahima Cissé, le coordinateur national dudit collectif, quatre ans après le démarrage des travaux du TER, les impactés continuent toujours de réclamer leur indemnisation. « Pour les indemnisations, le chiffre qui a été dégagé par la BAD, était quinze mille et aujourd’hui le nombre a évolué jusqu’à seize mille. Donc c’est un chiffre qui avance et évolue. Ce que nous avons retenu comme manquement c’est-à-dire de non-respect de nos lois en terme de spoliation foncière et aussi des sauvegardes opérationnelles de la BAD et l’AFD qui exigent que l’indemnisation soit juste, préalable et simultanée et ça n’a pas été le cas pour le projet du TER, si aujourd’hui on parle des impactés non indemnisés quatre ans après, cela veut dire qu’ils ont bafoué, foulé au pied toutes ces règles édictées par la loi sénégalaise et les sauvegardes opérationnelles des institutions financières », dénonce fermement le coordinateur national des impactés du TER.

 

« Nous réclamons cinquante milliards tout simplement au gouvernement sénégalais » 

 

Par ailleurs, Ibrahima Cissé et ses camarades réclament cinquante milliards à l’État du Sénégal en terme d’indemnités et de réparation. Le collectif exige également l’exécution des travaux du marché de Thiaroye, l’aménagement des sites des propriétaires de maison et le site des brocanteurs de Diamniadio. 

 

« Aujourd’hui, malgré les efforts qu’ils disent avoir fait en indemnisations pour cinquante milliards, nous aussi, nous réclamons cinquante milliards tout simplement au gouvernement sénégalais parce qu’il y a des gens qui n’ont pas été indemnisés à ce jour et il y a des réparations que nous exigeons, car on ne peut pas nous confisquer nos biens, les détruire, nous mettre en situation de locataire quelque part, d’autres on les a jetés en chômage direct quatre années après et revenir nous remettre les montants qu’on avait estimé dès le départ. Le site de recasement de Diamniadio prévu pour les artisans et brocanteurs de Colobane à ce jour est à zéro pour cent d’exécution des travaux. Et aujourd’hui nous renvoyons la balle aux autorités pour leur dire qu’ils sont responsables de ce que nous sommes en train de vivre. Si aujourd’hui malgré nos alertes on se retrouve dans la même situation, on se dit qu’il y a complot. Et on demandé à APIX où sont passés nos fonds. Car si aujourd’hui, ils peinent à terminer les travaux du marché de Thiaroye, l’aménagement des sites des propriétaires de maison et le site des brocanteurs de Diamniadio, il faut vraiment leur demander par où est passé l’argent », précisera toujours le coordinateur du collectif national des impactés du Train Express Régional...   

Vendredi 27 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :