PREMIERES ASSISES NATIONALES DU DEVELOPPEMENT HUMAIN AU MAROC : La petite enfance au cœur des débats.


PREMIERES ASSISES NATIONALES DU DEVELOPPEMENT HUMAIN AU MAROC : La petite enfance au cœur des débats.
Mme Thérèse Faye Diouf, Directrice générale de l’Agence Nationale de la Petite Enfance et de la Case des Tout-Petits (ANPECTP), a pris part, les 18 et  19 septembre 2019, aux Premières Assises nationales sur le développement humain tenues à Skhirat, au Maroc, sous le thème : « Développer la petite enfance, un engagement envers l’avenir».

Organisée par le Ministère de l’Intérieur du Maroc, à travers l’Initiative nationale pour le développement humain, la rencontre a réuni près de 500 participants venus d’institutions et d’organismes nationaux et internationaux et du secteur privé.

Le Développement de la petite enfance constitue le quatrième programme de la phase III de l’Initiative nationale pour le Développement humain (INDH) et a ainsi été retenu comme thème central de ces Assises. 

La rencontre vise à « soutenir les jeunes générations à des étapes importantes de la vie en investissant dans le capital humain, en améliorant la nutrition et la santé des mères et des enfants et en généralisant  l’accès à un enseignement préscolaire de qualité en milieu rural ». 

La première journée des Assises, qui se sont tenues les 18 et 19 septembre 2019, a été marquée par des visites de terrains. Les participants ont quitté Rabat en direction de quatre sites dont le premier a été l’Unité de préscolaire de la commune Ameur Chamalia, dans la province Sidi Slimane situé au centre social de douar Bni Fdel. Pour les trois autres sites visités, situés dans la province Sidi Kacem, il s’agit respectivement de : Dar Al Omouma, de deux unités de préscolaire de la commune Chbanate et de Dar Taliba, dans la commune Oulad Noual.

La deuxième journée des Assises s’est déroulée en présence du Premier ministre du Maroc, Saadeddine El-Othmani et de plusieurs membres du gouvernement chérifien, avec près de 500 participants, dont l’ouverture a été marquée par la lecture du message du roi Mohamed VI du Maroc, par le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. 

Dans son message, le souverain a salué « l’initiative louable d’organiser cet événement et le choix judicieux du thème retenu : « Développer la petite enfance, un engagement envers l’avenir ». 
« Nous avons constamment attaché une importance singulière à ce thème plus que jamais d’actualité, en accordant une attention particulière à la promotion des conditions de l’enfance ; celle-ci constitue en effet le pilier de la société, la force motrice qui lui permet de se projeter dans un avenir porteur d’un essor économique et social, global et inclusif. » 

Le roi du Maroc a également rappelé dans son message que : « cette manifestation fait partie des efforts de promotion du capital humain, qui s’inscrivent dans le cadre des grandes réformes que connaît notre pays en général, et le système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, en particulier. » 
« Vous n’ignorez pas qu’investir dans les aspects immatériels du développement humain, dont la petite enfance est un axe majeur, constitue la condition nécessaire pour l’édification du Maroc de demain. Cette action représente en outre un défi que Nous entendons relever, car elle ouvre des perspectives prometteuses aux générations montantes, en leur offrant de nouvelles opportunités. », a indiqué le souverain dans son message. 

« Une bonne mise en œuvre du programme dédié à la petite enfance, étape charnière dans la vie de chaque individu, permettra de remédier aux facteurs responsables des inégalités, par un ciblage rigoureux des catégories concernées, issues de milieux pauvres et démunis. » a souligné le roi du Maroc, souhaitant plein succès aux participants à l’issue de leurs travaux, tout en se disant « persuadé que ces assises nationales se solderont par l’adoption d’une série de recommandations et de propositions susceptibles d’impulser des initiatives novatrices, de donner matière à la formulation de solutions pratiques aux nombreux problèmes rencontrés dans ce domaine. Ainsi se réalisera notre souhait de voir nos enfants jouir librement et dignement, de lendemains porteurs de plus de progrès et de prospérité. », a conclu le souverain. 

Une série d’ateliers scientifiques et pédagogiques a ponctué ces Assises, autour des présentations des panélistes, universitaires, chercheurs, experts et spécialistes du Maroc et des pays invités dont le Sénégal. 

A travers la thématique « Pourquoi investir dans la petite enfance », trois panels ont porté tour à tour sur : « Projets et outils innovants au service du développement cognitif et social des enfants » ; « Projets et outils innovants au service de la santé et de la nutrition de la mère et de l’enfant » et « Vers une politique intégrée en faveur du développement de la petite enfance ». 
Les réflexions autour des études présentées par les experts et les discussions avec les acteurs ont permis d’aboutir à des recommandations fortes afin de « sensibiliser l’ensemble des parties prenantes aux enjeux liés au développement de la petite enfance. L’apport décisif de l’investissement dans la petite enfance au développement du capital humain et à la préparation des générations futures » a été particulièrement mis en exergue. 
La distribution des prix Hackathon du développement humain, récompensant les idées créatives aux 12 gagnants issus des régions du royaume a clôturé les Assises.


Lundi 23 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :