PEUR BLEUE DES PAYSANS DU SALOUM ET DU FOULADOU - La Chaleur et l'imminence de l'hivernage menacent le restant d'arachide... Vers le non-respect du protocole du 13 mars 2018.


PEUR BLEUE DES PAYSANS DU SALOUM ET DU FOULADOU - La Chaleur et l'imminence de l'hivernage menacent le restant d'arachide... Vers le non-respect du protocole du 13 mars 2018.
    Le RASIAT ( ou Regroupement des Acteurs du Secteur Industriel Agroalimentaire de Touba) 
    dirigé par Sokhna Mame Khary Mbacké (fille de Serigne Mourtalla Mbacké ibn Serigne Touba) est accusé par des paysans du Saloum et du Fouladou de leur avoir promis, sans jamais le faire,  d'acheter leurs stocks d'arachide avant que les graines ne se détériorent. Ces promesses étaient allées jusqu'à prévoir d'acheter 300 000 tonnes. Seulement, depuis, plus aucun signe de vie n'a été fait. 


    Lors d'une conférence de presse organisée par des paysans habitant les localités de Médina Yoro Foula et plus précisément de Sinthian Ablaye, Goulo,  Khoré, Dimifa Ndaowène, Wognanké, Souriél etc...et de plusieurs autres originaires de Kaffrine, ils ont fait part de leur hantise de perdre leurs récoltes. Et c'est Mbacké Mbaye qui parle au nom de ses pairs. '' Madame Mbacké nous a parlé d'un protocole qui lui permettait d'acheter notre arachide. Aujourd'hui, nos graines sont menacées par la chaleur. Et tout le monde sait que chez nous les premières pluies tombent dès le début du mois de juin. Si notre stock n'est pas acheté, ce sera un immense manque à gagner et je crois que mes parents et moi allons renoncer à l'agriculture arachidière! ''


    Pour en savoir plus, Dakaractu s'est adressée à Madame Mame Khary Mbacké qui a brandi le protocole en question datée du 13 mars 2018 pour attester de sa bonne foi. Le document est intitulé '' Protocole d'accord sur la commercialisation des huiles brutes et raffinées d'arachide '' et il est signé par diverses autorités dont le ministre du commerce et de la consommation, le directeur de la Sonacos, le DG de la Ciat  et la Présidente du Rasiat...

    Dans le dit protocole il est libellé que "  les industries de raffinage s'engagent pour la présente campagne, à acheter la totalité de la production d'huile issue des unités artisanales de trituration estimée à 100.000 tonnes correspondant à 300.000 tonnes en coque, ainsi réparties '' et que '' les prix de cession ex usine convenus sont pour l'huile brute 650 frs et pour les tourtereaux d'arachide 125 frs le kilogramme. ''

Sokhna Mame Khary Mbacké qui dit se prévaloir de 70 unités capables de produire quotidiennement 1200 tonnes  d'huile d'arachide signale garder la même position sur la question. '' Nous sommes disposés à respecter les engagements. Seulement, ce sont des engagements pris à partir de ce protocole. Nous n'inventons rien. Nous attendons juste l'appui du gouvernement pour trouver le financement. La banque nous demande des garanties.  Et sur ce point, nous attendons vivement la réaction des autorités. Nous louons la diligence du ministre de l'agriculture Pape Abdoulaye Seck, mais encore celle de son collègue du commerce. Voilà qui est la situation actuelle. '' Entre les lignes du protocole, il est possible de lire que l'État reconnaît que des graines sont encore invendues à travers le pays. Ce qui laisse paraître un sujet à débat...
Samedi 24 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :